Archives pour la catégorie 2020

Policiers-municipaux-à-vélo-sur-la-Côte-dAzur-Photo-S.D-LEssor-854x637

Plus de moyens humains, de prévention et de médiation pour une ville sécurisée !

Monsieur le Maire, chers collègues,

Je serai relativement brève dans mes propos, nous ne referons pas le débat sur l’utilité ou non des 105 caméras installées en différents point de notre territoire communal, notre groupe a déjà eu l’occasion de de se prononcer là-dessus.

Nous réaffirmerons simplement que vivre en sécurité est un droit. Il garantit la communauté de vie entre tous. L’article 2 de la DDHC de 1789 dispose que les droits naturels et imprescriptibles de l’Homme sont notamment « la liberté, la propriété et la sûreté », selon l’Académie Française, la sûreté étant l’état de celui qui n’a rien à craindre pour sa fortune ou sa personne.

Certes, vous avez fait le choix pour notre ville, d’investir dans un système de vidéoprotection important et coûteux, mais nous constatons aussi, nous l’avons vu tout-à-l ’heure, lorsque nous avons voté la délibération portant sur la révision du cadre du personnel, que vous avez largement sous-investi dans les moyens humains, notre ville comptant notamment moins de 50 agents de police municipale, tandis que dans les villes de taille comparable, on est souvent  à 70 ou 80.

Nous réaffirmons donc la nécessité de miser sur les moyens humains pour faire de la prévention, de la médiation et de la répression. Tout le monde a le droit d’être en sécurité en bas de chez soi et pour rentrer chez soi.

La présente délibération porte sur une demande de subvention pour relier le système de vidéoprotection au Centre d’Information et de commandement de la Police Nationale. Nous sommes favorables à renforcer la collaboration avec la PN pour aller dans le sens de plus de sécurité pour toutes et tous, surtout les collaborations entre les équipes et nous voterons cette demande de subvention.

Je vous remercie de votre attention.

Zémorda Khelifi

 

Share This:

istockphoto-958599892-1024x1024

L’office foncier solidaire, un nouvel outil pour le logement abordable

Monsieur le maire, chers collègues

Nous souscrivons à l’adhésion de la Ville au nouvel outil créé par la Métropole fin 2019, l’office foncier solidaire. Rendu possible par la loi ALUR de la ministre Cécile Duflot en 2014, cette structure  vise, pour les acquéreurs d’un logement, à dissocier les couts du foncier des couts d’acquisition d’un bien ou d’un terrain, puisque le terrain sera loué par un bail de longue durée au propriétaire qui paiera un bail réel solidaire à l’OFS. Cela va permettre de développer l’accession abordable pour des ménages qui, aujourd’hui ne peuvent pas devenir propriétaire au prix du marché. Avec ce dispositif, au lieu de payer 5440€ du m2 à Lyon ou 4305 à Villeurbanne, le prix du m2 sera à 2780€/m2. Agir pour maitriser le prix de l’immobilier devient une absolue nécessité dans notre ville. Dans la Métropole, les prix du neuf ont augmenté de plus de 4% en un an et même plus de 6% sur Villeurbanne (et sur Lyon). Derrière Nantes, Lyon et Villeurbanne sont les villes de France où la hausse des prix de l’immobilier a été le plus élevé en 2019 ! Et évidemment, les loyers sont aussi dans une tendance à la hausse. C’est ainsi que cette situation pénalise à la fois les ménages qui veulent devenir propriétaires et les locataires. Le marché est totalement embolisé par l’augmentation de la demande et une offre qui ne suit pas.

L’objectif fixé à la création est une production de 950 logements/an (450 en construction neuve, 100 dans le parc existant et 400 issus de la vente HLM). Sur les 8 000 logements produits chaque, année, la part n’est pas négligeable mais il faudra qu’elle soit assez rapidement réévaluée à la hausse notamment sur la construction neuve ou le parc existant (plus que sur la vente HLM), car outre, l’accession abordable, l’OFS a l’objectif de contenir les prix du foncier, et pour cela, il faut un « effet masse » significatif, coté Métropole et coté Ville. Mais l’accroissement souhaitable des budgets d’acquisitions foncières ne doit pas alimenter la hausse, il faudra donc acheter partout et négocier les acquisitions au plus bas possible.

Nous souhaitons aussi que l’OFS soit accessible aux opérations d’habitat coopératif, car la demande est réelle pour ce type de projets. L’habitat coopératif a les mêmes objectifs que l’OFS de lutte contre la spéculation immobilière et en plus, il permet à des ménages de définir leur projet de vie dans un ensemble de logements choisi et souvent dans un habitat écologique.

Nous voterons bien sur cette délibération.

A l’occasion de ce dernier conseil, nous profitons de cette délibération qui concerne le logement et l’accès au logement pour tous, pour souligner la politique de l’habitat que vous avez menée, Monsieur le Maire au cours de vos 3 mandats. Vous avez eu le souci de préserver la mixité sociale dans notre ville, c’est un point fort de Villeurbanne, avec ces 26% de logements sociaux quand de nombreux communes de l’agglomération sont en deçà des 25 % requis par la loi. Nous entendons poursuivre cette politique volontariste pour que, dans tous les quartiers de Villeurbanne, comme cela est prévu dans le projet Gratte-Ciel centre, mais aussi les autres quartiers, les ménages, quel que soit leurs revenus puissent se loger à un prix abordable. Vous avez eu aussi la volonté d’accueillir aussi dignement que possible les personnes venues après des parcours migratoires complexes, et ceci dans un contexte de politique nationale qui n’a pas du tout cette vision. Pourtant, il est important que l’Etat, la ville, la métropole travaillent de concert pour une accueil digne et respectueux des personnes : cet enjeu est toujours devant nous et nous devrons y répondre dans les mois et les années qui viennent, à la hauteur de notre humanité et de ce qui fait société.

Je vous remercie.

Béatrice Vessiller

Share This:

IMG_1315

Pour un service public de pompes funèbres bien géré et de qualité


Monsieur le Maire, chers collègues,

En octobre 2018, le rapport de la chambre régionale des comptes concernant la gestion du syndicat intercommunal des Pompes Funèbres de l’agglomération lyonnaise au cours des exercices 2011 à 2016 était soumis à notre avis. Nous notions à l’époque une gestion archaïque de ce syndicat intercommunal : absence de commission de contrôle des comptes et de commission consultative des services publics locaux, absence de rapports d’activités, absence d’une comptabilité d’engagement, d’une comptabilité analytique, de PPI et d’outils fiables pour la fixation des prix et pour le pilotage financier et le suivi de l’activité. En matière de Ressources Humaines, il est noté par la Chambre, des irrégularités en matière de bilan social et l’absence d’indicateurs sociaux et de fiches de postes.

La présence de plusieurs élus de votre exécutif aurait pu ou aurait dû alerter de ces dérives.

Un mois plus tard, en décembre 2018, Lors de son conseil d’administration, le Pôle Funéraire Public a informé́ ses actionnaires de difficultés de trésorerie. En avril 2019, une fois les comptes 2018 établis, les PFIAL, les services des villes de Lyon et de Villeurbanne ont été́ avertis d’une situation financière très dégradée :

- un déficit comptable 2018 de 697 K€ (après un excédent de 143 K€ en 2017),

- des capitaux propres quasi nuls (46 K€ alors que le capital initial était de 600 K€), – une alerte de niveau 1 du commissaire aux comptes de la SPL,

- la décision de la banque de la SPL d’arrêter la ligne de trésorerie qu’elle lui avait accordée.

Cette situation amène aujourd’hui à la recapitalisation du syndicat et contraint la ville de Villeurbanne à abonder dans une structure qui aurait dû être bien gérée car gérée par des élus municipaux.

Nous redisons ici à quel point ce syndicat comme d’autres ont un rôle essentiel dans l’accès aux services publics. L’égal accès aux besoins d’un service pour gérer cette ultime étape que constitue des funérailles fait partie des missions d’une collectivité. Défendre, gérer correctement, efficacement, faire évoluer les services publics avec des outils modernes, c’est aujourd’hui une nécessité. Souhaions que les élus de demain permettent la mutation de ce syndicat et sa bonne gestion.

Je vous remercie.

Zémorda Khelifi

Share This: