Archives pour la catégorie Communiqués & Actions

Communiqué de presse suite au décès de Madame Farida Casoli

C’est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès de Farida Casoli. Elle a combattu sa terrible maladie avec courage.
Nous retenons de Farida son engagement auprès des Villeurbannais, notamment dans le logement social, qu’elle défendait avec force, et son engagement pour le quartier Saint-Jean auquel elle était très attachée.
Au cours de ces années, nous avons apprécié sa forte personnalité, son volontarisme, sa gentillesse et ses convictions pour la justice sociale et la solidarité.

Nous présentons nos sincères condoléances à ses proches.

Les élus du Groupe Rassemblement Citoyen EELV-FDG de Villeurbanne

Share This:

enfants_sans_toit-3370951

Lettre à Mr le Préfet du Rhône – Objet : Enfants sans Toit à Villeurbanne

Monsieur le Préfet,

A Villeurbanne, nous comptons plusieurs dizaines d’enfants scolarisés dans les écoles Ernest-Renan, Jean Zay, Lakanal, Nigritelle Noire mais aussi le collège Môrice Leroux. Cette liste est loin d’être exhaustive. Des parents d’autres écoles font remonter de nouveaux cas régulièrement.

Des parents et enseignants de ces écoles sont mobilisés, la coordination des parents d’élèves de Villeurbanne également. Bien souvent, ces collectifs font appel à la générosité pour payer des nuits d’hôtel aux familles concernées… Les sommes dépensées peuvent atteindre plusieurs milliers d’euros par école… Quand la générosité financière ne suffit plus, il arrive que des locaux soient occupés par les collectifs pour abriter les enfants sans toit et leur famille.

Dans un article récent du quotidien Libération daté du dimanche 26 novembre, un enseignant s’exprimait ainsi au sujet des enfants sans toit de Lyon : « Quand un enfant arrive le matin trempé, qu’il n’a visiblement pas mangé, qu’il ne veut pas sortir en recréation et demande à se reposer, qu’il a parfois de la fièvre et n’a pas été́ soigné, l’important, ce n’est pas d’apprendre… Humainement, ce n’est pas possible de faire classe comme si de rien n’était. Et le soir, au moment de mettre le manteau, on ne lui dit pas « fais bien tes devoirs » quand on sait qu’il dort dehors. »

Cette situation est d’autant plus intolérable que la loi stipule qu’un hébergement d’urgence doit être proposé à ces familles. Il s’agit bien d’une compétence de l’Etat.

C’est pourquoi nous vous demandons, Monsieur le Préfet, de mettre en œuvre tous les dispositifs nécessaires pour répondre à l’urgence sociale et humanitaire dans laquelle se trouve ces familles. Nous avons bien noté que vous avez commencé à prendre des mesures avec l’activation du plan Grand froid, en particulier avec l’ouverture de plusieurs gymnases dans l’agglomération.

Cependant, nous souhaitons que le déploiement des moyens humains et financiers se poursuive, pour ouvrir autant de places que de besoin, et pour rechercher des solutions d’hébergement pour les familles mais aussi un accompagnement social. Pourquoi ne pas réquisitionner les logements vides dans les bâtiments publics ? Les solutions sont à élaborer avec d’autres partenaires, notamment les communes et nous savons que la ville de Villeurbanne est mobilisée sur cette question. Elle a œuvré auprès de l’évêché pour l’hébergement de plusieurs familles dans une église dans le quartier Flachet. Mais cela ne permet pas de gérer toutes les situations : d’autres familles sont toujours sans toit. C’est nécessairement une action sous votre impulsion qu’il faut engager pour trouver des solutions en partenariat.

Comptant sur votre engagement républicain pour le respect et la dignité des familles, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Préfet, l’expression de notre entière solidarité avec les mesures que vous pourrez prendre pour aider les enfants et familles sans toit.

Pour les élus municipaux du groupe

Rassemblement citoyen EELV-FdG, Villeurbanne

Olivier Glück

Copie au Maire de Villeurbanne

Share This:

FRANCE-SOCIAL-POVERTY

Des familles à la rue : la solidarité est urgente!

Comme l’hiver dernier, des élèves scolarisés au sein des écoles de Villeurbanne et leur famille dorment dehors. Les parents d’élèves alertent les pouvoirs publics depuis plusieurs semaines et apportent, par des initiatives collectives citoyennes et solidaires, du soutien à ces familles.

Aujourd’hui, c’est un couple, sans solution de logement et dormant à la rue avec 2 enfants, dont un bébé de 7 mois et un enfant de 6 ans scolarisé, que les parents et enseignants de l’école Lakanal à Villeurbanne ont décidé de mettre à l’abri, au sein de l’établissement scolaire, le temps qu’une solution soit trouvée.

Le Groupe des élus du Rassemblement citoyen EELV-FdG  de Villeurbanne appelle à trouver une solution rapide et salue la mobilisation exemplaire des parents d’élèves solidaires. Alors que les températures frôlent les zéro degré, nous appelons le Préfet du Rhône, à qui notre groupe a écrit, à trouver rapidement une solution, pour toutes les familles qui dorment dehors et nous interpellons le ministre de la cohésion des territoires, Jacques Mézard, ce jour, afin qu’il intervienne auprès de la Préfecture du Rhône. En attendant une solution qui doit être rapide, les enfants et leur famille doivent pouvoir passer autant de nuits que nécessaires au chaud et nous souhaitons que la ville de Villeurbanne et l’inspection académique les laisse passer la nuit dans l’école.

Au-delà des mesures d’urgence, il est temps de mettre des moyens pérennes dans l’accueil des familles à la rue. Notre métropole qui s’enorgueillit d’être un moteur économique doit assumer son devoir de solidarité.

Alors que des logements privés et publics restent vides dans toute l’agglomération, comment peut-on encore laisser des familles entières passer l’hiver à la rue ?

 Pour le groupe des élus du Rassemblement Citoyen EELV-FdG de Villeurbanne

Zémorda Khelifi

Share This:

FB_IMG_1507113982484

Soirée ECORENO’V : 120 participants au centre culturel de Villeurbanne pour s’informer sur la rénovation thermique des logements

La Métropole de Lyon et la Ville de Villeurbanne ont organisé mardi 03/10 au CCVA une soirée ECORENO’V, à destination des propriétaires intéressés par la rénovation thermique de l’habitat privé. Plus de 120 personnes de Villeurbanne, mais aussi d’autres communes de l’agglomération ont assisté à cette rencontre. En présence de Béatrice Vessiller, vice-présidente de la Métropole, Richard LLung, adjoint à l’urbanisme et au logement et Anne Reveyrand, adjointe au développement durable, différents professionnels ont expliqué comment engager un projet d’éco-rénovation et le financer, pourquoi faire appel à un maitre d’œuvre et définir un projet adapté à l’immeuble. Différentes aides financières sont possibles, par la Ville de Villeurbanne (de 750 à 2000€ par logement, selon les travaux), la Métropole (aides ECORENO’V de 2000 ou 3500€ par logement, selon la performance énergétique), l’Agence nationale de l’habitat (35% ou 50% de subventions selon les revenus, avec un plafond de travaux).La présidente d’une copropriété des années 70, située route de Genas, a témoigné: au lieu d’un simple ravalement de façade prévu au départ, les 27 copropriétaires ont décidé, avec les conseils de l’ALEC, de rénover et d’embellir leur immeuble pour en faire un Batiment Basse consommation (BBC). Pour un coût moyen de 13000€ par logement (7 000 € après aides financières collectives), ils réaliseront des travaux d’isolation, de changement de fenêtres, de ventilation…, pour faire baisser les factures de chauffage et améliorer le confort en hiver mais aussi en été, pendant les fortes chaleurs. Plusieurs propriétaires bénéficieront d’aides supplémentaires, selon leurs ressources.

Après un temps de questions –réponses, les participants se sont rendus dans la salle du bas du CCVA, sur les stands des différents partenaires : ALEC (animateur d’ECORENO’V), CAUE, SOLIHA, UNIS (représentant des syndics), Crédit Foncier, Domofinance, Crédit agricole, où chacun a pu prendre des contacts. Béatrice Vessiller espère que « les participants deviennent des « leaders énergétiques », et entrainent leur copropriété vers un projet ambitieux de travaux pour le confort, les économies d’énergie et la qualité de l’air ». Depuis la mise en place d’ECORENO’V en septembre 2015, 1800 logements ont été financés sur le Grand Lyon, dont une cinquantaine à Villeurbanne. Plusieurs centaines de copropriétés sont accompagnés par l’ALEC et devraient voter des travaux dans quelques mois.

Pour en savoir plus, l’ALEC et SOLIHA assurent des permanences en mairie, un mardi sur deux de 9h30 à 12h30. La prochaine date est mardi 10 octobre.

Vous pouvez aussi joindre l’ALEC, au 04 37 48 25 90 ou sur http://www.grandlyon.com/ecorenov. L’ALEC organise samedi 7/10/2017 matin la visite d’un immeuble à Lyon 8ème, ayant bénéficié du dispositif Ecoréno’v dans le cadre de sa rénovation énergétique : inscription obligatoire sur www.alec-lyon.org/actualites-et-agenda/

Share This:

maire-mandat-echarpe-300x199

Election de nouveaux adjoints à Villeurbanne

Lundi 17 juillet, le conseil municipal de Villeurbanne a réélu trois nouveaux adjoints.

Elus EELV-FdG, nous avons décidé de ne pas prendre part au vote car cette nouvelle désignation concernait strictement la majorité municipale. Nous regrettons cependant que le conseil ait dû délibérer pour démettre de ses fonctions une adjointe au maire, car celle-ci était absente depuis de longs mois, tant du conseil municipal que dans sa délégation d’adjointe de quartier. Un poste d’adjoint-e au maire nécessite investissement, présence et suivi des dossiers, en plus de la tenue des conseils municipaux. Quand, pour une raison personnelle, ce suivi n’est plus possible, il serait de bonne augure que l’élu-e présente sa démission. Chacun son éthique…

Les élus du groupes EELV-FdG

Share This:

pdu

Révision du Plan de déplacements urbains du Grand Lyon Contribution des élu(e)s Villeurbannais EELV – Front de Gauche

Face aux enjeux de changement climatique, à la raréfaction des ressources pétrolières, à la pollution de l’air et ses impacts sur la santé, nous insistons sur la nécessité de développer les transports en commun et les modes de déplacements actifs (vélo, marche) et de réduire la part modale de la voiture, pour assurer une mobilité durable pour tous nos concitoyens, dans un souci d’équité sociale et territoriale.

Les enjeux de déplacements doivent être pensés également globalement. Nous avons toujours défendu une politique globale de déplacements qui vise à promouvoir les transports en commun et des modes de déplacement actifs (marche à pied et vélo) dans la métropole au détriment de la voiture individuelle. Cette politique de mobilité doit s’articuler systématiquement avec des politiques d’urbanisme, de logement et de l’espace public, pour créer une « ville des courtes distances ».

L’organisation des déplacements liés à la métropole nécessite de prendre des orientations ambitieuses, immédiates et courageuses dans un contexte d’investissement contraint. Outre les évolutions de comportements à encourager des évolutions technologiques permettent d’espérer la mise en place de solutions complémentaires aux transports en commun, moins polluantes que l’automobile, et conformes aux objectifs en matière de gaz à effet de serre et de transition énergétique.

Des objectifs ambitieux, mais …

Les objectifs du précédent PDU n’ont malheureusement pas tous été atteints. La part de la voiture a effectivement baissé mais les résultats sur la part de la marche et du vélo restent insuffisants, alors que ces modes de déplacements représentent de faibles dépenses en investissement et en fonctionnement. Le PDU 2030 vise des objectifs encore plus ambitieux, auxquels nous souscrivons : en 2030, 35 % des déplacements en voiture (et deux roues motorisés), 35 % à pied, 25 % en TC et 8 % en vélo. Mais avec des objectifs aussi ambitieux, alors que le PDU précédent n’a même pas atteint des objectifs beaucoup moins ambitieux, comment s’assurer qu’on fera mieux en 2030 ? En particulier sur le vélo, il s’agit de multiplier par 4 la part modale : bel objectif mais il va falloir être beaucoup plus volontariste dans les actions (aménagements cyclables et actions d’éducation et sensibilisation…) !

L’Anneau des Sciences : un projet inutile et coûteux contradictoire avec le PDU

Ces objectifs nous paraissent d’autant moins faciles à atteindre que le PDU acte la réalisation de l’Anneau des Sciences, cette nouvelle grande infrastructure, très coûteuse (3 milliards d’euros), qui ne réduira pas l’usage de la voiture sur les déplacements de périphérie à périphérie mais les accroîtra ! Ce projet est contradictoire avec les objectifs de parts modales annoncés, mais aussi avec ceux de réduire la pollution et les émissions de gaz à effet de serre.

Des évolutions à intégrer, voire à accélérer

Le nouveau PDU doit intégrer les changements profonds qui se dessinent à moyen et long termes dans le champ de la mobilité urbaine :

- La motorisation des ménages aura diminué au profit de voitures partagées ou de solutions alternatives comme le vélo. La demande de stationnement baissera d’autant ce qui rend caduque la construction de nouveaux ouvrages en centre-ville et libérera les rues des linéaires de stationnement.

- La vitesse maximale autorisée sera réduite à 30 km/h dans toutes les parties agglomérées, avec pour conséquence une gestion simplifiée de la circulation et une meilleure fluidité. De ce point de vue, les temps de parcours notamment pour les bus ne seront pas dégradés. La priorité sera donnée aux modes non polluants

- La mobilité s’appuiera sur des services qui permettent de se déplacer sans être forcément propriétaire de son moyen de transport : on passera d’une société de la possession à une société de location-partage : voitures et engins en libre service ou partagés, accessibles à tous. Le numérique permettra d’optimiser la meilleure solution pour chaque déplacement en fonction de multiples critères collectifs ou personnels.

Cette conception de la ville est loin d’être une utopie et les outils technologiques sont déjà disponibles. Les mutations évoquées sont déjà toutes engagées. Elles entreront en phase de développement si la réglementation n’y fait pas obstacle. Le PDU doit favoriser leur appropriation locale et créer les conditions de leur mise en œuvre. Les propositions qui suivent vont en ce sens.

Propositions pour Villeurbanne

L’abaissement des vitesses

Nous demandons que la vitesse soit abaissée sur le Bd Bonnevay à 70km/h, comme prévu dans le Plan de protection de l’atmosphère (PPA) et jamais mis en œuvre.

Dans le reste de la ville, nous souhaitons limiter la vitesse automobile à 30 km/h, sauf exceptions à 50 km/h sur de grands axes (comme ceux utilisés par des bus). Cette limitation améliorera la sécurité routière, la fluidité du trafic, diminuera la pollution de l’air et la pollution sonore et les consommations de carburant. Cette mesure devra être mise en place dans le cadre d’une grande concertation, et sera accompagnée d’une campagne d’information et de communication. Elle permettra de développer massivement les déplacements à pied et à vélo

La mise en place d’une zone à circulation restreinte

Dans le cadre de la lutte contre la pollution de l’air dans le centre de l’agglomération (Lyon-Villeurbanne), nous demandons la mise en place d’une zone à circulation restreinte, où ne rouleront que les véhicules autorisés (en fonction de la vignette Crit’air) : une grande concertation doit être organisée pour définir le périmètre, le calendrier et les véhicules concernés. Des aides financières sont à mettre en place pour accompagner le changement de véhicules les plus polluants pour les ménages les plus modestes et les artisans. Un périmètre Lyon-Villeurbanne « intra- périphérique » pourrait être mis en débat, des études sur les impacts attendus en matière de réduction de la pollution selon le périmètre retenu doivent être fournies aux citoyens.

Développer le tramway sur Villeurbanne : C3 et T6 

C3 : Nous rappelons notre position sur le C3 en 2014 : nous étions favorables au tramway plus pertinent que le bus en site propre, compte tenu de la fréquentation et des projets urbains à court et moyen terme ( part Dieu, médipole de Villeurbanne…) . A l’horizon 2030, le PDU doit prévoir de passer en tramway.

Tramway T6 : le Sytral mène des études sur le T6 entre hôpitaux est et la Doua, mais les tracés étudiés nous semblent trop restrictifs (uniquement par l’avenue Barbusse ou la rue P. Verlaine, et arrivant tous les 2 à la Doua G. Berger). Nous souscrivons aux scénarios proposés par l’association Agora, à partir de la gare de Villeurbanne (tous les tracés sont identiques entre Hopitaux-Est et la garde villeurbanne, par la route de Genas) :

- scénario 1 : v. G. Leclerc/ PL. Grandclément/Cours Tolstoï/Rue Paul Verlaine, Rue A. briand, av. H. Barbusse, rue L. Chomel, rue Pressensé, rue Billon, rue Perroncel

- scénario 2 : Av. G. Leclerc/ PL. Grandclément/Cours Tolstoï/Rue Paul Verlaine/Rue J. Bourgey/rue E. Vaillant/ rue des Antonins/ La Doua -Insa Einstein

- scénario n°3 Route de Genas/Av. G. Leclerc/ PL. Grandclément/Cours Tolstoï /Av. Blanqui/rue Dr Rollet/av. Lherminier, rue des Bienvenus/rue Chateau Gaillard/Rue J.B. Clément/ La Doua Insa-Einstein

- scénario n°4 : Av. G. Leclerc/ PL. Grandclément/Rue du 1er Mars/rue Flachet/rue Chateau Gaillard/ Rue J.B. Clément/ La Doua Insa-Einstein

Nous demandons un grand débat citoyen sur ce projet et les différents tracés qui ont des incidences sur le développement de la ville.

Développer le réseau de bus

Aujourd’hui, le quartier Saint jean est particulièrement mal desservi : et notamment le dimanche, car le 37 ne circule pas : il faut améliorer la desserte en Tc du quartier

De même, pour le quartier des Buers.

La marche pour les déplacements courts avec 3 axes

1) Marche utile: → Rendre plus attractif les déplacements à pied au quotidien, faire changer les habitudes Réalisations nécessaires: Itinéraires structurants, éducation à la mobilité douce, généralisation du jalonnement des temps de parcours à pied

2) Marche plaisir: → Utiliser la marche comme moyen de découverte, de partage et développer l’offre récréative

Réalisations nécessaires : développement des Itinéraires de loisir pour les familles, les sportifs et la découverte du patrimoine
3) Améliorer la pratique de la marche: → Rendre la marche plus sécurisée, plus accessible et améliorer le partage de la voirie

Réalisations nécessaires: Réfection des trottoirs, sécurisation des cheminements, sensibilisation et petits aménagements d’accessibilité, et maintien des continuités piétonnes pendant les chantiers d’urbanisme et de voirie. A cet égard, le chantier du C3 sur le cours Toltoi et la rue L. Blum n’est pas exemplaire : selon les jours, les cheminements sont impossibles, obligent à passer sur la chaussée en travaux, à traverser d’un trottoir à l’autre en toute insécurité…

La piétonnisation du centre -ville

A Villeurbanne, la piétonnisation du centre -ville doit être étudiée : les Gratte-ciel sont rendus aux piétons tous les samedis après-midi, mais aussi pendant les 2 mois d’été et lors de manifestations festives ou autres : il faut une piétonnisation définitive, car le centre y est plus agréable pour tous, un projet d’aménagement pérenne de l’espace public est à discuter dans le cadre d’une concertation avec tous les Villeurbannais, les commerçants…

Le développement de l’usage du vélo

Résorption des points noirs et des coupures

  • Plusieurs points durs sont insécurisants à vélo et doivent être traités rapidement pour favoriser les itinéraires cyclables continus : le franchissement du pont de Cusset, celui du boulevard périphérique au niveau de la route de Genas, le franchissement du canal de Jonage .

  • En particulier, nous demandons une passerelle modes doux entre le quartier Saint Jean et les Buers. Même si nous savons que franchir le canal et le bd Bonnevay est contraignant (hauteurs importantes au -dessus du boulevard et contraintes sur les pentes admissibles), ce projet contribuerait à désenclaver le quartier Saint Jean, qui se sent, à juste titre, un peu « oublié »

  • Tous les équipements publics ( stages, gymnases, piscines, collèges, lycées, équipements culturels…) doivent être accessibles par des itinéraires cyclables et équipés d’arceaux à vélo, autant que possible, abrités et sécurisés.

Développement des marquages cycles et les cédez le passage

→ développer les double-sens cyclables

→ étendre le dispositif de panneaux de cédez-le-passage cycles au feu rouge, généraliser les tourne à droite et expérimenter les tourne à gauche

→ renforcer la visibilité du stationnement vélo par de la signalisation verticale

→ supprimer les pistes cyclables encore sur les trottoirs (rue du 8 mai)

Développer le stationnement des vélos 

→ mise en place d’abris à vélo, notamment dans tous les collèges et lycées de Villeurbanne, tous les stades et gymnases de la ville

→ stationnements sécurisés dans les rues et les immeubles, avec des aides financières pour aménager des stationnements vélos dans les immeubles anciens ; avec un engagement, dès l’étape du permis de construire, lors de la construction de nouveaux immeubles, de fournir des locaux pratiques, spacieux, sécurisés et encourageants les résidents à utiliser leurs vélos

- dans les parcs de stationnement, ateliers de réparation avec mise à disposition d’outillage courant pour les petites réparations et l’entretien.

Faciliter et sensibiliser à la pratique du vélo 

→ promouvoir le vélo auprès des enfants (écoles, centres de loisirs…) et des adultes (éducation au vélo dans les centres sociaux, déjà menés avec succès dans plusieurs centres sociaux)

→ sensibiliser les collégiens à la pratique du vélo par les associations

→ aménager sur les lieux de travail des locaux de douche pour permettre des déplacements importants en vélo et mettre en place des pools de vélos, vélos électriques, vélos cargos.

Développer des aides au développement de la pratique du vélo 

→ aides financières à l’achat d’un vélo (développer le vélo à assistance électrique pour augmenter les distances parcourues sans fatigue, pour attirer les populations non sportives, les seniors)

→ aides financières à l’installation de garages à vélos dans les copropriétés

→ mettre en place l’indemnité kilométrique vélo dans les collectivités et inciter les entreprises à mettre en place cette indemnité dans le cadre de leurs plans de déplacements.

→ accompagnement/aides pour les professionnels du vélo, associations (réparation, vente…)

Développer la communication 

→ action sur le vélo lors de la Semaine Européenne de la Mobilité et campagnes d’affichage dédiées au vélo

→ diffusion d’un plan des aménagements cycles

→ distribution d’objets visant à favoriser la pratique du vélo et sa sécurité

Santé et modes actifs

  • communiquer sur les liens entre santé et activité physique : les bienfaits de pratiquer 30 mn par jour de marche ou de vélo.

  • mettre en place des partenariats avec les médecins sur ce thème

Développer les solutions de partage : co-voiturage, autopartage, locations

Les ménages possédant une voiture l’utilisent plus que ceux qui la partagent ou la louent, notamment pour les déplacements urbains. Nous proposons de généraliser le partage de véhicules électriques faibles consommateurs d’énergie :

  • vélos en libre service, électriques ou non, accessibles malgré l’âge ou le handicap (tricycles …) en station (si recharge électrique) ou sans station

  • petits véhicules urbains bridés à 50 km/h avec station (si recharge électrique) ou sans station (repérage GPS et accès automatique au véhicule)

  • solutions d’auto-partage à l’échelle d’un quartier/d’un immeuble (ex : deuxième voiture mise en commun) avec une application informatique dédiée

De plus nous proposons de généraliser le covoiturage via des plate-formes de covoiturage, avec des avantages comparables aux transports publics (voie réservée, coût du stationnement réduit, places réservées), en lien avec les territoires voisins de l’agglomération et une communication renforcée sur le sujet.

Share This:

img_0486

Actu de la métropole -1169 éco-rénovations dans le parc privé avec ECORENO’V

Un an après la mise en place de la plate forme ECORENO’V du Grand Lyon, ce sont 1169 logements qui ont été financés dont plus de 1100 répartis dans 14 copropriétés. En octobre, a été financée la première copropriété « ECORENO’V » de Villeurbanne, qui fera des travaux de rénovation thermique pour atteindre le niveau « Batiment basse consommation » (BBC). Béatrice Vessiller a animé le 18 octobre, une soirée d’information à destination des copropriétés de toute l’agglomération: plus de 100 participants sont venus s’informer et échanger avec l’ALE, des architectes, des membres de conseils syndicaux ayant rénové leur résidence. Par ailleurs, l’éco-rénovation concerne aussi le parc de logement social : plusieurs centaines rénovés en niveau BBC à ce jour, dont les tours des Gratte-ciel de la SVU et la résidence Pélisson, aux Buers, d’Est Métropole Habitat, qui compte 300 logements (photo).

Béatrice Vessiller

Vice-présidente chargée de la rénovation thermique des logements

Share This:

le-syndicat-autonome-de-la-police-municipale-a-ecrit-aux_510685_516x343

Communiqué de presse – L’armement de la police municipale n’est pas une solution !

Le maire de Villeurbanne vient d’annoncer l’armement en 2017, de la police municipale. Notre groupe regrette cette décision contestable, quand on sait qu’à Villeurbanne il n’y a pas plus de délinquance qu’ailleurs. Elle est même moins importante comparativement à la moyenne des villes de même taille.

L’armement de la police municipale comporte bien des risques et aucun avantage en termes de sécurité pour les Villeurbannais et les agents de police. La sécurité de la police municipale est indispensable. Les agents doivent être en nombre suffisant pour assurer leurs missions et tous équipés de gilets de protection. Pour autant, la police municipale n’a pas vocation à combler les manques de la police nationale, elle doit garder son rôle de police de proximité, de la tranquillité et de la salubrité de l’espace public, tandis que la police nationale a le rôle régalien de la sécurité des citoyens.

La menace terroriste existe effectivement mais l’armement de la police municipale n’est pas la réponse qu’il faut donner.  La police municipale à Nice, bien que armée, n’a pu empêcher le carnage qui a eu lieu le 14 juillet dernier, sur la promenade des Anglais.
La police municipale n’a pas vocation à combler les manques de la police nationale. Plutôt que d’armer la police municipale, des moyens financiers et humains doivent être renforcés pour permettre à la police municipale d’assurer une couverture accrue de tous les quartiers de Villeurbanne et d’accentuer les dispositifs de prévention. Et il faut aussi renforcer les moyens de la police nationale, dont les effectifs ont connu une baisse de 12 000 postes sous le gouvernement Sarkozy.

Zemorda Khelifi

Présidente du groupe EELV/FdG

Ville de Villeurbanne

 

Share This:

Communiqué – Décès de Manfred Fischer

C’est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès de Manfred Fischer, Villeurbannais pendant de nombreuses années, aux Buers, citoyen engagé dans la vie locale. C’était un militant écologiste et humaniste, d’une grande culture, européen convaincu, actif notamment au CCO, au comité des habitants de Croix-Luizet, au conseil de quartier Buers Croix Luizet, dans l’association Citoyenneté Écologie Solidarité (dont il a été président). Son attachement à la parole du citoyen, son sens de l’intérêt public ont été importants en particulier pour les concertations des projets d’urbanisme Villeurbannais (Terrain des Sœurs…). Un homme chaleureux, bon vivant, un ami fidèle, un compagnon de route des Verts… Nous présentons nos plus amicales condoléances à sa famille.

Pour le groupe EELV-FdG-Rassemblement citoyen
Béatrice Vessiller

Share This:

LOG_135

Actualité – interview de Béatrice Vessiller – dispositif ECORENO’V

Une des premières copropriétés de la Métropole soutenue par le dispositif ECORENO’V initié par Béatrice Vessiller, vice-présidente de la Métropole en charge de la rénovation thermique des logements

Mardi 14 juin, la Métropole de Lyon et l’ALE organisaient pour la presse, la visite de la copropriété « les Eglantiers » à Tassin-la-Demi-Lune. Cette résidence privée de 40 propriétaires sur 2 bâtiments, construite en 1970, souffrait de problèmes d’inconfort liés à un fort taux d’humidité et à une faible isolation, et voyait grimper inexorablement ses charges au fur et à mesure de l’évolution croissante du prix de l’énergie.

Le conseil syndical a saisi l’opportunité du ravalement des façades, pour faire réaliser un audit énergétique, et convaincre l’ensemble des copropriétaires de s’orienter vers une rénovation globale, et visant même le niveau BBC (Bâtiment Basse Consommation).

Entré en action cette année, le dispositif ECORENO’V d’accompagnement technique et d’aide financière mis en place par la Métropole de Lyon, et dont l’ALE est la porte d’entrée, tombait à point nommé. La copropriété Les Eglantiers fait ainsi partie des premières à en bénéficier.

Retour en vidéo sur la visite du 14 juin avec Béatrice Vessiller =>

http://www.ale-lyon.org/qui-sommes-nous/actualites/une-des-premieres-coproprietes-de.html

Share This: