photo-plu-h-VF

La vie de l’urbanisme n’est pas un long PLU-H tranquille !

C’est peu dire que le plan local d’urbanisme est tout, sauf un document facile d’accès par les citoyens, surtout à travers les délibérations que vous nous proposez de voter, l’une en novembre dernier et l’autre aujourd’hui; cette dernière revient sur certains points demandés en novembre pour tenir compte de l’évolution des projets présentés par les promoteurs. « C’est la vie des projets ! », dites-vous, M. l’adjoint à l’urbanisme », mais qu’en sera-t-il dans 6 mois, quand il n’y aura plus moyens de demander encore des ajustements?

Plusieurs demandes que vous formulez dans cette délibération ont retenu notre attention :

    – Nous souscrivons aux propositions qui consistent à renforcer l’exigence sur la taille minimale des logements, ou à rabaisser les hauteurs sur certains quartiers, pour préserver l’ambiance urbaine existante, ou encore mieux traduire la volonté d’ilots mixtes habitat/activités artisanales et de faciliter l’agriculture urbaine ou l’implantation d’installations d’énergies renouvelables.

    – Sur le secteur de Croix Luizet, vous demandez que l’ancien terrain du centre équestre de la Doua soit classé en zone à vocation sportive. Pour notre part, nous pensons, comme nous l’avions dit en novembre, que ce grand tènement d’au moins 2 hectares reste à vocation naturelle avec la réalisation d’un parc et qui permette aussi de préserver le jardin partagé du Vert Luizet. La Métropole a classé ce terrain pour y construire des bâtiments de recherche/développement en lien avec le campus, mais ceux-ci peuvent trouver leur place sur le campus ! Par ailleurs, je vous invite à lire l’avis de l’autorité environnementale sur le PLU-H disponible avec tous les documents, dans le cadre de l’enquête publique: celui-ci préconise de revoir à la baisse les zones d’urbanisation future. Nous  partageons tout à fait ce point de vue pour des questions de qualité environnementale globale et de qualité de vie des habitants ;

-   Enfin nous regrettons que vous demandiez la suppression de la protection d’élément bâti à préserver de l’immeuble au 51 rue L. Blum.  C’est en effet un bâtiment intéressant, et dans le cadre du projet Grandclement, où l’architecte en chef est désigné depuis maintenant plus de 2 ans, on aurait pu penser qu’il ait intégré dans sa réflexion ce type d’éléments remarquables du quartier Grandclément : au rythme actuel des mutations de ce quartier, il n’y en a plus tant que ça, donc on pourrait faire en sorte que le plan de composition et notamment l’élargissement à terme de l’impasse Carotte se fasse sur l’autre rive de l’impasse, pour préserver  un des éléments intéressants qui est encore debout dans ce quartier!

 – Sur un plan patrimonial encore, nous regrettons que le tènement industriel des 101 à 107 rue du 1er mars soit à terme démoli pour une opération immobilière d’activités. Ce bâti constitue pour nous un élément de bâti à préserver et nous souhaiterions que le projet urbain soit élaboré à partir de sa préservation : on sait faire de belles réhabilitations dans d’anciens espaces industriels à Lyon, Bordeaux, ou ailleurs!

Nous voterons pour la délibération et ne manquerons pas d’exprimer ces points de vue à l’enquête publique !

Je vous remercie

Béatrice Vessiller

Pour déposer une contribution à l’enquête publique du PLU-H =>

https://www.registre-numerique.fr/pluh-grandlyon 

Share This: