squat-baudin

Vœu déposé au Conseil Municipal du 28 mai 2018 et relatif aux familles hébergées dans les squatts des rues Baudin et Bourgchanin

Il y a près d’un an, M. Macron déclarait dans un discours sur l’accueil des réfugiés « Je ne veux plus personne dans les rues d’ici la fin de l’année ».

Pourtant, encore chaque jour, des personnes, quelle que soit leur nationalité, vivent et meurent dans la rue.

Et, alors que la France est régulièrement épinglée / critiquée par les instances internationales sur sa piètre et indigne gestion des migrant-es, la loi Asile-Immigration piétine les valeurs de la République avec des mesures attentatoires aux libertés et sécurité des migrant.e.s, indignes des français.e.s qui se battent au quotidien pour garantir un accueil solidaire.

Récemment encore, ce sont des militants de Génération Identitaire qui ont investi un col des Alpes emprunté par les migrants, tentant par la violence, de leur bloquer le passage pour les laisser mourir de froid dans la neige, par des températures pouvant descendre jusqu’à moins 20 ̊.

L’arrivée des migrants est importante dans les villes et métropoles, dont la nôtre traditionnellement ville d’accueil. Trop de personnes sont encore sans solution sur le Grand Lyon. Pourtant, la Métropole et plusieurs villes du territoire se sont impliquées dans l’accueil de ces publics ou l’hébergement d’urgence, et tout particulièrement Villeurbanne, avec l’ouverture d’un Centre d’accueil et d’orientation suite au démantèlement du camp de Calais, la mobilisation de lieux pour le plan Grand froid, la mise à l’abri pendant l’hiver de plusieurs familles soutenus par les collectifs « Jamais sans toit », la mise à disposition d’un gymnase en urgence suite à l’incendie du squat Baudin.

C’est ce squat, ainsi  que celui de la rue Bourgchanin (appelés Amphi Z et Maison Mandela) qui vont être démolis dans les prochains mois pour les futurs gymnase et collège de Cusset.

Le Plan froid est arrivé à échéance depuis plusieurs semaines et ces bâtiments sont toujours actuellement occupés par une centaines de personnes, dont des familles, restées sans solution, alors qu’elles auraient dû se voir proposer par l’Etat, une solution de relogement cet hiver. La construction de cet équipement sportif, dont il n’est pas remis en question qu’il est indispensable à notre ville, pourrait les menacer d’être à la rue si des solutions préventives ne sont pas trouvées.

Considérant que, malgré les efforts de la Ville de Villeurbanne, les dispositifs d’hébergement d’urgence organisés par l’État sont encore insuffisants ;

Le Conseil municipal de Villeurbanne :

- apporte son soutien aux familles sans solution d’hébergement et logées dans les squats des rues Baudin et Bourgchanin,

- demande une rencontre entre Représentant.e.s de la Ville, de la Métropole, de l’État et les collectifs de soutien aux migrant.e.s, afin d’envisager la mobilisation du patrimoine vacant de l’État et des collectivités 

- demande au Préfet qu’une solution soit trouvée pour un hébergement d’urgence pour les personnes menacées de retourner à la rue, et ce d’autant plus urgemment que la Métropole a engagé une procédure d’expulsion au tribunal, avec une audience qui s’est tenue aujourd’hui.

Share This: