bailleurs logement

Non aux baisses des moyens du logement social

Les six délibérations sont une conséquence directe des mesures inconséquentes du gouvernement vis à vis du logement social. La loi de finances 2018 puis celle de 2019 ont réduit de 800M€ les APL obligeant les bailleurs sociaux à mettre en place la désormais tristement célèbre « réduction des loyers de solidarité » pour ne pas alourdir le coût du loyer des ménages modestes. Cette baisse concomitante des APL et des loyers pratiqués par les bailleurs sociaux est une atteinte sans précédent au modèle français du logement social. Ce secteur essentiel qui permet à de nombreuses familles et à de très nombreux Villeurbannais de se loger voit ses fondements remis en cause comme jamais aucun gouvernement n’avait osé le faire.

Pour « compenser la baisse de recettes des bailleurs sociaux, la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) a mis en place un ensemble de mesures parmi lesquelles l’allongement de dette » pour étaler dans le temps une partie de leur dette et ainsi leur fournir rapidement des marges de manœuvre financières, grâce à cette réduction de leurs charges annuelles. Nous sommes bien obligés d’approuver ce dispositif pour soutenir le logement social avec ces garanties d’emprunt. Mais nous souhaitons insister sur la nécessité que le gouvernement revienne sur la baisse des APL et la RLS et redonne un nouveau cap au logement social, pour que les bailleurs sociaux, et notamment les offices publics, continuent à assumer leurs missions de solidarité en faveur d’un logement pour tous, avec la production de nouveaux logements sociaux, la rénovation énergétique et la qualité de service due aux locataires. Non, Monsieur Macron, le choc de l’offre n’aura pas lieu pour résoudre la crise du logement, l’intervention publique est nécessaire et la solidarité doit se traduire dans les actes et les choix politiques. Le grand débat national a fait émerger la question du logement : puisse le président de la république le comprendre, maintenant qu’il est revenu du ski !

Nous voterons cette délibération.

Béatrice Vessiller

Share This: