black-friday - copie

Nous devons changer nos modes de consommation…

Comme chaque année depuis 6 ans, nous déplorons les ouvertures dominicales. Nous n’allons pas reprendre ce soir tous les arguments que nous avons donnés depuis le début de ce mandat sur ce sujet. Nous souhaitons qu’un bilan économique global de ces ouvertures soit réalisé pour juger de son intérêt d’un point de vue économique mais aussi des effets sur la surconsommation et la détérioration des conditions de travail des personnels concernés. L’accès à un bilan avec des indicateurs précis et des données sociales nous semble légitime compte tenu des enjeux sociaux et écologiques de notre temps.

Si nous ré-intervenons cette année, c’est aussi et surtout pour dénoncer, je cite « l’octroi d’un jour supplémentaire correspondant au dernier dimanche de novembre qui préfigure les fêtes de fin d’année et correspond également à l’opération commerciale « Black Friday» », le fameux Black Friday, apogée de la société de consommation démesurée !

Plusieurs études montrent que ce vendredi noir venu des États-Unis et qui dure en réalité plusieurs jours est une source de gaspillage record à l’échelle mondiale et un désastre environnemental. Ces journées engendrent des montagnes d’invendus et de produits retournés, qui finissent généralement à la déchetterie.

Par exemple, 30 % des articles réexpédiés par les clients déçus d’Amazon Allemagne finissent à la poubelle. Des équipes d’Amazon sont affectées chaque jour à la destruction de meubles, téléphones, matelas, portables ou machines à laver neuves… Nous achetons 60 % de vêtements de plus qu’il y a quinze ans, alors que 85 % des textiles achetés finissent eux aussi à la déchetterie

Arrêtons de soutenir la surconsommation et le gaspillage qui abime notre planète pour plusieurs siècles. Au contraire, soutenons la lutte contre le gaspillage, les filières de recyclage et de réparation, luttons contre l’obsolescence programmée, défendons un autre modèle de société.

Monsieur le maire, Madame Perret, au Black Friday nous préférons le Green Friday, qui incite à la consommation durable voire à la non-consommation. La course effrénée à la consommation, avec le gaspillage et la dégradation de l’environnement qui l’accompagne, ne peut plus être érigée en modèle de société.

Nous voterons contre cette délibération qui est un mauvais signal pour l’engagement dans les transitions économiques, sociales et environnementales auxquelles nous aspirons.

Olivier Glück

Share This: