CA-photo

Compte Administratif 2019 : de nouveaux équipements publics bienvenus !

Merci pour cette présentation claire et je salue le travail des services qui font un travail de qualité d’autant plus dans cette période particulière. Ce compte administratif 2019 est en effet voté dans un contexte particulier et en plus par le conseil élu en 2014, alors que, si nous n’avions pas eu la crise sanitaire et le confinement, c’est la prochaine équipe qui aurait eu à le voter. Et c’est bien sûr le dernier du mandat 2014-2020.

En matière d’investissement, les dépenses d’équipement sont en hausse de 17,44 % par rapport à 2018 (30,71 M€) et ont permis des réalisations

D’une part dans le domaine scolaire dont on sait combien elles sont nécessaires : construction du groupe scolaire Rosa Parks (5,61 M€), la fin des travaux d’extension de la maternelle Pasteur (2,15 M€), de l’extension et de la restructuration du GS Berthelot (1,7 M€), réfections de toitures, remplacement de menuiseries extérieures,

Dans le domaine de la petite enfance avec les travaux de construction de l’EAJE Helen Keller et l’achèvement de l’EAJE Maisons Neuves, dans le domaine culturel au théâtre de l’Iris, ou sportif avec la poursuite de la construction du complexe sportif Alexandra David-Neel (3,9 M€) par exemple.

Ce  sont les équipements du quotidien des Villeurbannais et le cœur du service public.  Dans le budget  « paysages et nature », soulignons les travaux de création et d’aménagement du parc Elie Wiesel au Terrain des Sœurs (0,42  M€).

Vous savez que pour nous, la  végétalisation de la ville est une priorité pour résister au réchauffement climatique, pour la qualité de vie en ville, et on a bien vu pendant le confinement combien la fermeture des parcs publics était pénalisante pour nos concitoyens qui n’avaient pas de jardin ou d’espace extérieur privatif dans leur immeuble. Les parcs publics sont les jardins de ceux qui n’en ont pas. Les attentes sont fortes, et le prochain mandat permettra d’y répondre, nous l’espérons, en tout cas, nous agirons en ce sens !

Dans les dépenses de fonctionnement à présent : les fluides hors carburants ont beaucoup augmenté (plus de 16%). Cela est notamment lié à la consommation des équipements dont les surfaces augmentent, au chauffage des modulaires et par l’augmentation de bâtiments climatisés. Il est plus que nécessaire d’investir massivement dans la rénovation énergétique des bâtiments afin de limiter ces hausses et de trouver des solutions de rafraîchissement naturel des bâtiments, pour réduire notre dépendance aux énergies fossiles.

Nous souhaitons souligner le caractère exemplaire de la démarche de la cuisine centrale. En maintenant un service en régie et avec un souci de la qualité, le coût unitaire global par repas est resté stable à 1,35 € TTC, conséquence d’un travail vraiment intéressant : développement de l’activité de légumerie permettant le recours accru à des légumes frais, de saison et locaux, moins onéreux que les produits précédemment utilisés, développement de la fréquence de présentation de recettes végétales en alternative aux protéines animales, poursuite des actions de lutte contre le gaspillage alimentaire ayant pour effet de mieux adapter les quantités achetées.

Ces actions, au-delà de la maîtrise des dépenses, permettent également de développer la part d’achats de produits issus de l’agriculture biologique qui s’établissent pour 2019 à 175 000 € contre 130 000 en 2018, soit 11,35 % du budget alloué contre 8,45 % en 2018. L’augmentation est réelle, nous le reconnaissons, mais cela ne représente qu’une augmentation de 5 points sur le mandat en produits bios et/ou locaux. Une feuille de route plus ambitieuse sera nécessaire pour le prochain mandat, avec notamment l’outil important que constitue la cuisine centrale pour une commande publique exemplaire (nous en profitons pour vous demander si une solution a été trouvée pour remplacer les barquettes en plastique). Les charges de  personnel ont augmenté de 1,7% du fait de la création de 38 postes liés à l’ouverture de nouveaux équipements ou au renforcement de services : 17 créations à la direction de l’éducation avec l’ouverture des 2 groupes scolaires R. Parks et S. Veil, d’autres créations dans la police municipale, d’autres pour le nouveau complexe sportif A. David-Néel (2).

Par  ailleurs, nous saluons l’augmentation de subventions de fonctionnement au CCAS et à la Caisse des Ecoles pour répondre aux besoins. Le CCAS qui a fait un travail important que nous soulignons une nouvelle fois, pendant la crise sanitaire pour permettre une aide indispensable à nos concitoyens les plus fragilisés par le confinement et la baisse des ressources. (merci encore aux agents et à notre collègue adjointe aux affaires sociales  Claire Le Franc, qui ont tous été très mobilisés).

Concernant les recettes de fonctionnement, la mise en place de l’accueil du matin dans les écoles se traduit par une augmentation des recettes d’un peu plus de 14%.  C’était un service attendu qui répond à une demande des parents avec plus de 1000 enfants accueillis.

Une recette fiscale a connu une progression importante, celle qui provient des transactions immobilières sur la ville (la taxe additionnelle aux droits de mutation) : elle rapporte 8.1M€, soit près de 20 % de plus qu’en 2018, et un niveau jamais atteint ! Si cette recette est aussi dynamique, c’est parce que l’immobilier se porte très bien à Villeurbanne, un peu trop, car les prix des logements à la vente sur Villeurbanne ont continué à augmenter en 2019, de façon excessive, et même déraisonnable dans certains quartiers. La prochaine politique de l’habitat et du foncier menée conjointement par la Ville et la métropole devra mieux réguler le marché du logement.

Ce compte administratif 2019  est sans doute très différent de celui que les prochains conseillers municipaux voteront l’an prochain pour l’année 2020, avec des recettes qui baisseront (les produits des services, la fiscalité) et avec des dépenses spécifiques liées au Covid qui auront augmenté. Heureusement, la bonne situation financière de la Ville est un point positif pour faire face à cette année 2020 et préparer l’avenir. Reconnaissons Monsieur le maire, qu’avec votre adjoint aux finances, vous laissez à vos successeurs une situation qui devrait permettre à la nouvelle équipe de faire les choix nécessaires face aux enjeux écologiques et sociaux qui sont devant nous. Nous voterons le CA.

Béatrice Vessiller

Share This: