coronavirus-aide-alimentaire-nantes

Covid-19 à Villeurbanne, des moyens à la hauteur de l’enjeu !

Les maires ont fait partie des premiers de corvée pendant cette crise sanitaire. Ils ont été, avec les agents des services, en première ligne, pour repérer les personnes fragiles et leur venir en aide, mettre en place des systèmes dérogatoires (marchés de producteurs notamment) afin de pallier souvent les insuffisances de l’Etat, en termes logistiques. C’est pourtant bien à l’encontre de ces communes que l’Etat a décidé depuis plusieurs années de coupes drastiques dans le coeur même des missions des collectivités : le service public. On se souviendra aussi de la limitation de l’évolution des dépenses réelles de fonctionnement à 1,16 %/an pour Villeurbanne, imposée par le gouvernement Macron en juillet 2018.

Selon les estimations du cabinet Partenaires Finances Locales relayées par la Gazette des communes il y a quelques jours, les grandes villes seront les plus impactées par la crise sanitaire. Ces estimations pour Villeurbanne s’élèvent à plus de 4 millions d’euros de perte de recettes usagers, estimations qui sont d’ailleurs confirmées par votre communication, auxquels il faut rajouter 2,7 millions d’euros de pertes de recettes fiscales. Le plan d’aides aux collectivités annoncé par le gouvernement fin mai ne permettrait pas de compenser les pertes de recettes tarifaires (liées à la cantine, aux piscines municipales, etc). Cette perte de recettes se fera nécessairement au détriment des services de proximité et de la qualité de service public que l’usager est en droit d’attendre et les nouvelles équipes municipales auront à obtenir plus de la part du gouvernement.

Cette intervention nous permet d’évoquer plusieurs délibérations liées à la situation exceptionnelle du covid-19. Les mesures nationales du gouvernement pour faire face à cette pandémie, aussi nécessaires soient-elles, n’ont permis d’apporter qu’une réponse très ponctuelle, ciblée et largement insuffisante.

Nous saluons la plupart des décisions que vous nous proposez : l’élargissement de l’offre d’accueil à Chamagnieu ainsi que les médiateurs de cet été et toutes les opérations « Vivez l’été’, le soutien à la mission locale et au nouvel événement culturel les Nuits du Canal, la fourniture gratuites des paniers repas fournis aux élèves, etc.) car elles répondent à des enjeux d’urgence sanitaire, sociale ou économique. Nous savons combien la ville et les agents ont oeuvré durant ces semaines de confinement historique et les dispositifs mis en oeuvre rapidement pour soutenir les foyers les plus en difficultés de notre commune. Je tiens, au nom de notre groupe, à remercier les personnels des services municipaux (ville et CCAS) pour avoir assuré pendant la période de confinement, la continuité des activités au service de nos concitoyen·ne·s.

Concernant  les paniers gratuits pour les élèves, nous regrettons toutefois  que la cuisine centrale n’ait pas pu ré-ouvrir pour offrir un service classique aux petits villeurbannais. Le repas de midi est pour certains enfants le seul repas équilibré de la journée.

Concernant la TLPE (taxe….), nous ne comprenons pas pourquoi vous proposez un abattement de 100 % des montants pour 2020, au regard de la crise économique liée à la crise sanitaire. Vous nous avez indiqué en commission générale que l’abattement était de 100% car il était techniquement difficile de prélever seulement une partie de la taxe. Pourtant,  d’autres collectivités parviennent sans difficultés à exonérer partiellement des entreprises de la TLPE. En plus, une exonération partielle aurait envoyé un message, certes de soutien à l’activité économique, mais aussi de volonté de limitation de la publicité dans l’espace public.

Je vous remercie.

Zémorda Khelifi

Share This: