happy kids

Contrat Enfance Jeunesse : il manque des places d’accueil de loisirs à Villeurbanne

Le 3ème Contrat enfance jeunesse à signer avec la CAF pour 2015-2018 (en décembre 2015 !) concerne l’accueil et les activités de 0-18 ans sur la ville, avec des financements de la CAF. Les diagnostics du Projet Grandir à Villeurbanne sont très éloquents. Dans tous les quartiers, la demande n’est pas satisfaite par l’offre actuelle. Pour ne prendre qu’un exemple, le quartier Gratte-Ciel n’a pas d’offre territorialisée. On se débrouille : une voisine, une grand-mère ou bien même, on se met à temps partiel…

Dans le rapport des commissions du conseil municipal de décembre 2014, vous indiquiez à notre demande le nombre de places en accueil de loisirs vacances : environ 300 places par période pour les 12-17 ans, un peu plus de 500 pour les 6-12 ans et autour de 200 places pour les 3-6 ans. Vous mentionnez dans le rapport des commission de cette année que l’offre pour les 3-6 ans est actuellement de 348 le mercredi et de 378 pendant les vacances scolaires, soit une hausse depuis l’an passé : mais où ces places ont-elles été créées ? Nous ne nous souvenons pas avoir délibéré sur cette augmentation en conseil… Quoiqu’il en soit, même s’il ne s’agit pas de proposer une place à tous les enfants de Villeurbanne, le nombre de places disponibles est très insuffisant relativement au public concerné, par exemple 13 000 enfants scolarisés dans les écoles publiques de Villeurbanne. L’offre d’accueil pour les tout-petits est quasiment inexistante. Quelle autre ville de taille équivalente à Villeurbanne a si peu de structures d’accueil de loisirs ? La faiblesse voire l’inexistence de l’offre en aout est aussi un problème que nous avons soulevé plusieurs fois. Nous pensons notamment que Chamagnieu pourrait proposer d’accueillir des séjours en été, et pas seulement des centres aérés, y compris au mois d’aout, en particulier pour des enfants qui ne partent pas en vacances…
La situation générale sur l’offre de loisirs n’est pas satisfaisante et nous souhaitons que Villeurbanne rattrape son retard dans ce domaine. C’est une question de réduction des inégalités sociales. Aujourd’hui, les familles les plus aisées recourent à l’offre privée et les familles modestes n’ont pas accès à l’accueil de loisirs pendant les vacances scolaires. Pourtant, l’accueil de loisirs est depuis 2012 un des trois axes principaux de développement du Projet Educatif de Territoire. Les comités locaux ont travaillé sur des perspectives d’amélioration et de développement et attendent des actes.

Enfin, concernant la parentalité et l’accès à l’information pour tous, les points info petite enfance ne sont pas évoqués dans le contrat alors que dans le document du contrat de ville, il est indiqué de renforcer le déploiement de l’accueil central petite enfance au sein des points Info enfance. Cela sera-t-il bien pris en compte par la CAF ?

Pour conclure, nous ré-affirmons l’importance de renforcer l’offre de la ville dans le domaine de la petite enfance.
Je vous remercie.

Béatrice Vessiller

Share This: