Rythmes Scolaires

Rythmes scolaires : l’Etat n’assure pas, les mairies bricolent…

Monsieur le Maire, Chers collègues,

Oui, revenir à une semaine scolaire de quatre jours et demi est une nécessité. Cela dans
l’intérêt des enfants, pour tenir compte de leurs rythmes chronobiologiques et pour améliorer
leurs apprentissages.

Néanmoins, la réforme des rythmes scolaires soulève de fortes inquiétudes, des inquiétudes
légitimes. L’Etat transfère une nouvelle charge aux communes, sans les moyens nécessaires.
Nous le voyons dans la décision budgétaire modificative avec l’apparition d’une nouvelle
dépense de 2,6 M€ pour seulement 4 mois de septembre à décembre 2014, l’Etat et la CAF ne
finançant que 600 000 euros.

Cette réforme accentue les inégalités territoriales car chaque commune est libre de la mise
oeuvre sur son territoire. Comment peut-on croire que ce qui serait bon pour un enfant de
Villeurbanne ne le serait pas pour celui de Lyon ou de Vaulx-en-velin ? N’est-ce pas là
contraire à un des principes fondateurs de notre République qu’est l’égalité des chances ?
Dans le Rhône, il y a quasiment autant de solutions mises en oeuvre que de communes… Les
nouveaux horaires scolaires de Villeurbanne et de Lyon seront très différents, en particulier
parce que Lyon a choisi de concentrer toutes les activités périscolaires sur une seule demi-journée,
le vendredi après-midi, ce qui d’ailleurs est totalement contraire à l’objectif initial de
la réforme qui était de mieux répartir les apprentissages scolaires. Soulignons, que sur ce
point, la solution choisie par Villeurbanne est bien meilleure que celle de Lyon.
Enfin, cette réforme instaure des emplois du temps plus complexes qu’auparavant et multiplie
le nombre d’interlocuteurs que les enfants auront à l’école. Surtout, elle impose un surcoût
aux familles qui n’est pas acceptable.

Plusieurs problèmes sont à signaler dans la solution choisie à Villeurbanne.
La matinée étant allongée (8h30-12h), le deuxième service de cantine à 13h sera trop tardif.
Sera t-il prévu un goûter en milieu de matinée ?
Les enfants de 2 à 4 ans ont besoin d’un temps de sieste d’au moins 1h30 juste après le
déjeuner. Cela deviendra très compliqué et même impossible aussi bien pour des enfants de
maternelle que pour des frères et soeurs plus petits pris en charge par des assistantes
maternelles qui s’occupent simultanément d’enfants scolarisés et non scolarisés.
Ces nouveaux horaires risquent également de provoquer un afflux plus important à la cantine
du fait de la reprise méridienne à 14h au lieu de 13h30. Or, les cantines scolaires sont déjà
surchargées. L’absence de cantine le mercredi midi est elle aussi problématique.

Enfin, le temps scolaire de l’après midi (14h-15h45) devient trop court pour permettre des
sorties scolaires. Les créneaux de piscine ne seront plus en nombre suffisant et nous savons
dores et déjà qu’une des conséquences de ces nouveaux horaires est que les enfants
villeurbannais de grande section de maternelle ne pourront plus aller à la piscine. Croyez moi
pour avoir encore accompagné mon fils de 5 ans et toute sa classe cet après midi à la pisicne
Bouloche, ceci est une véritable régression. J’ai vu plus d’une dizaine d’enfants vaincre leur
peur de l’eau grâce à ce cycle de natation. L’apprentissage de la natation doit se faire le plus
tôt possible et c’est bien à cet âge là qu’il faut le faire.

Les études gratuites actuelles de 16h30 à 17h45 seront supprimées pour les placer de 15h45 à
16h30. Elles risquent d’être une « grande récré » dans des cours d’école exigues ou sans préau.
En effet, ce temps est à la fois trop court pour faire de réelles activités éducatives ou même
pour faire de l’aide aux devoirs et trop long pour réunir tous les enfants d’une même école
(généralement plusieurs centaines) dans des locaux trop petits et inadaptés. Ce créneau sera
un moment épuisant pour les enfants.

Après 16h30, la mairie propose des activités payantes qui seront une nouvelle charge pour les
familles. Le coût par enfant serait compris entre 5 et 60 euros par mois, selon le quotient
familial. Nous saluons la volonté de la mairie d’instaurer un coût progressif selon les revenus
des familles et en particulier l’ajout des deux tranches supplémentaires pour les hauts revenus
qui permettent aux familles modestes de payer moins cher. Malgré tout, ce coût reste élevé et
ne peut pas être vu comme étant le remplacement d’une ancienne charge pour les familles.
Souhaitons que ces nouvelles activités seront de qualité et intéressantes pour les enfants.
Néanmoins, ces activités payantes sont par définition facultatives. Si ces activités sont
réellement émancipatrices, si elles sont un plus pour les enfants qui y participent, tous les
enfants ne devraient t-ils pas en bénéficier ? Seule la gratuité aurait permis cela… Notons
également que le système mis en place pour ces activités périscolaires manque de souplesse
dans les inscriptions car il faut prévoir à l’avance le ou les jours choisis sur toute une période
sans pouvoir varier d’une semaine à l’autre.

Nous proposons une solution alternative basée sur de véritables activités éducatives gratuites
entre 15h et 16h30 deux fois par semaine, en maintenant des études gratuites après 16h30,
avec la cantine le mercredi midi pour les familles qui le souhaitent. Monsieur l’adjoint,
Monsieur le conseiller délégué à la réussite scolaire, nous vous avons fait part de nos
remarques et propositions et nous vous remercions de nous avoir écouté.

Pour conclure :
– Nous doutons de la qualité effective des activités périscolaires, nous craignons que la
précarité des intervenants vacataires pose des problèmes de recrutement et de
qualification.
– Nous pensons que les nouveaux horaires vont poser plusieurs problèmes très concrets qui
ne sont pas résolus.
– Nous n’acceptons pas que cela conduise à supprimer la piscine pour les grandes sections
de maternelle.
– Nous regrettons l’absence de cantine le mercredi midi.
– Nous sommes en désaccord avec la suppression des études gratuites après 16h30 et le coût
quasi obligatoire induit pour les familles.

Pour toutes ces raisons, et même si nous sommes attachés à la modification des rythmes
scolaires, nous voterons contre cette délibération qui ne va pas suffisamment dans l’intérêt des
enfants et des familles. L’éducation est une priorité. Elle doit être la même pour tous les
enfants. La mise en œuvre de cette réforme va dans le sens opposé. Il faut un service public
du périscolaire pour développer des activités de qualité, différentes des apprentissages
scolaires, et accessibles à tous. Je vous remercie pour votre écoute.

Olivier GLUCK

Pour le Groupe des élus du Rassemblement Citoyen de Villeurbanne-EELV – FDG

Share This: