cantine-restaurant-scolaire_1926853

Hausse de la tarification de restauration municipale

Monsieur le Maire, Chers collègues,

La tarification des activités périscolaires s’appliquera aux enfants villeurbannais de maternelles et de primaires, dès la rentrée 2014-2015 induisant un coût de 5 à 60 euros par mois et par enfant selon le quotient familial.

Mais voilà qu’à peine 2 mois après, vous vous apprêtez à faire voter pendant les vacances scolaires, mais surtout pendant que les parents sont en train d’inscrire leurs enfants au service de restauration, une hausse des tarifs de restauration scolaire de +5%  à +20% pour cette même rentrée, faisant ainsi supporter aux familles villeurbannaises une nouvelle charge supplémentaire, alors qu’ils subiront également en plus de ces 2 charges, la hausse des tarifs de l’USEP. S’inscrire sans connaitre les tarifs et sans qu’il y ait eu la moindre concertation avec les parents : la mise devant le fait accompli deviendrait-elle une nouvelle forme d’audace ?

Ceci appelle à nous plusieurs remarques : d’abord, vous parlez d’une hausse de 5 à 20% : c’est faux. Cette hausse sera de 34% pour les villeurbannais dont le quotient familial est le plus élevé.

Ensuite, vous expliquez cette hausse par le fait qu’il faudra « prendre en compte la mise en place du nouvel accueil périscolaire du temps méridien, en application des nouveaux rythmes scolaires dans les écoles de la ville, et bénéficiant d’un effectif d’encadrement plus nombreux -et mieux formé et permettant la mise en place d’activités nouvelles.»

Ce meilleur taux d’encadrement du temps de la cantine est largement nécessaire, vu les nombreux dysfonctionnements identifiés jusque-là. Néanmoins, cela revient à faire payer  aux familles de nouvelles activités périscolaires sans leur laisser le choix, à moins de ne plus mettre leur (s) enfant(s) à la cantine.
Nous soutenons la mise en place de ces nouvelles activités pendant la pause méridienne, si c’est un mieux pour les enfants avec du personnel qualifié et mieux formé. Si une hausse de ces tarifs peut être acceptable, elle doit être raisonnable, modérée, surtout dans le contexte économique actuel, c’est-à-dire qu’elle doit être plafonnée (et non pas aller jusqu’à 34% !)  et lissée sur plusieurs années.

Prenons par exemple une famille de 2 enfants dont les 2 parents gagnent tout juste le SMIC, soit un quotient familial de 501 à 800. Cette famille devra débourser dès la rentrée 167 euros pour les activités périscolaires du soir pour chaque enfant, 68 euros par enfant pour l’augmentation de la cantine, ce qui représentera un coût supplémentaire de 470 euros pour les 2 enfants pour l’année prochaine. Pour la tranche juste au-dessus, soit une famille gagnant à peine plus que le SMIC, et qui sera, elle, impactée par l’augmentation des tarifs de l’USEP, ce sera une charge supplémentaire de 564 euros pour l’année scolaire 2014-2015 !!

Ceci représente une baisse très conséquente du pouvoir d’achat des familles villeurbannaises qui scolarisent leur enfant dans le public et nous ne pouvons l’accepter. Ces augmentations de prix que vous nous proposez pour un service public municipal sont pénalisantes pour les ménages à faibles revenus, mais aussi pour les classes moyennes, c’est une véritable régression tant on sait que certains enfants n’ont qu’un seul repas correct celui de midi, et si le tarif augmente de façon si conséquente, cela risque d’éloigner des familles de ce service. Nous le déplorons d’autant plus que la politique de Villeurbanne est de ne tolérer l’inscription à la cantine des enfants de demandeurs d’emploi, qu’un seul jour par semaine. Les familles précaires en sont déjà éloignées, vous allez en éloigner d’autres.

Rappelons-le, toutes ces charges iront forcément dans le sens d’une inégalité entre des familles aisées qui préfèreront payer des activités de qualité à l’extérieur sur ce temps périscolaire et des familles en situation précaire qui pour certaines choisiront de ne pas inscrire leurs enfants à ces activités en raison de leur coût, même s’il apparaît modique. Le risque est que les familles modestes se détournent de la cantine et s’organisent autrement pour la garde de leurs enfants à partir de 16h30.

Ces parents, Monsieur le Maire, ils sont présents dans la salle, et ils sont fort inquiets. Forts inquiets de toutes ces charges qui les attendent, forts mécontents que la ville la mieux gérée de France n’investisse pas plus dans l’éducation et dans son service public de restauration.

J’en terminerais par le personnel formé et qualifié que vous dites vouloir recruter pour assurer les activités périscolaires de nos enfants. Ne nous avait-on pas parlé de temps de qualité, avec un personnel qualifié, orienté par des associations culturelles et sportives pour permettre à tous ces enfants des activités enrichissantes ? Ce temps payant pour nos enfants ne vaut-il pas mieux qu’un speed-dating de 10 minutes organisé par la ville et dédié aux moins de 25 ans, par lequel est assuré le recrutement des futurs animateurs périscolaires ?

Nous voterons contre cette délibération.
Je vous remercie de votre attention.

Zemorda Khelifi

 

Share This: