Gratte-Ciel-centre-ville

ZAC Gratte-Ciel – une étape importante

Monsieur le maire, chers collègues,

 Le vote sur le programme des équipements publics de la ZAC gratte-ciel est une étape importante à plusieurs titres. D’une part, elle engage les finances de la ville qui contribue largement à l’opération :

 – 2M€ pour l’éclairage public

- près de 8M€ pour l’équilibre financier de l’opération, (auquel il faut ajouter les 31 M€ que mettra également le Grand Lyon.

 D’autre part, elle définit les équipements et espaces publics que comprendra la ZAC, les voies nouvelles, piétonne ou circulée, la place publique et le parvis du lycée, le gymnase, l’école, la crèche..De plus, elle définit précisément l’affectation des 110 000m2 de surfaces à construire dans le programme:

- outre les bureaux et les équipements publics, il y aura 60 000m2 de logement et 27 000m2 pour les commerces et services, c’est un peu plus sur les commerces et un peu moins sur les logements que les chiffres annoncés dans des documents de 2011 (65 à 70 000m2 pour le logement et 20 à 25 000m2 pour les commerces). Nous prenons acte de ces ajustements, sans doute pour des questions d’équilibre financier et nous tenons à souligner que la part du logement social  sur les 850 à 900 logements qui seront construits, reste à 49% (29% en locatif, 20% en accession sociale), comme annoncé il y a plusieurs années, et comme nous l’avions demandé dès le début du projet. On garde ainsi l’esprit du projet initial des Gratte-ciel, un centre-ville construit autour d’une opération du logement social -ce qui est , rappelons le, unique en Europe-.

 La durée de réalisation est bien loin, elle, de celle de la construction des Gratte-ciel. Certes, les 7 ans de la construction, de 1927 (date de l’idée de Goujon pour  un nouveau centre-ville) à 1934 (année de l’inauguration), sont un temps record, même à l’époque et nous convenons bien volontiers qu’aujourd’hui, les procédures d’urbanisme sont plus longues, plus complexes, comprennent des temps de concertation. Mais là, on sera au moins à 20 ans entre la 1ère réunion de concertation en 2007 et l’achèvement prévisionnel en 2027. C’est le temps long, très long de l’urbanisme, me direz-vous M. LLung! Oui, mais c’est surtout beaucoup plus long que ce que vous aviez annoncé plus tôt : en 2009, la lettre d’info du projet indiquait un démarrage des travaux en 2013, puis il a été dit 2014-2015, et aujourd’hui, c’est 2016, pour le démarrage du lycée, avec une livraison pour fin 2018, dont on dit déjà qu’elle sera retardée. Et quand on sait combien, il est difficile de déménager un lycée en cours d’année, nous voilà sans doute à la rentrée 2019! Alors sur la période 2019-2023, après l’ouverture du nouveau lycée, démolition de l’actuel lycée, ce sera la construction du coeur du quartier  (logements, commerces, bureau, cinéma, place publique, Barbusse prolongée…). Et après 2023, les derniers logements et la nouvelle école de 20 classes! Sur les 20 classes, 10 doivent répondre aux besoins de population amenées par la ZAC dans les nouveaux logements, les 10 autres classes étant elles nécessaires au quartier. Ce qui signifie que les écoles du centre-ville, qui comptent déjà un nombre élevé de classes (26 à A France et E. Herriot, 20 à Zola et 21 à Descartes) auront pendant encore au moins 10 ans des effectifs importants, trop importants pour accueillir les enfants dans de bonnes conditions pendant le temps scolaire, sans parler des temps périscolaires et des cantines. Pourtant, la localisation de la future école rue Pressensé/rue J. Bourgey, fait que sa construction n’est pas liée à la démolition du lycée . Alors pourquoi ne pas démarrer plus tôt?

 Et d’ailleurs, sans la nouvelle école des Gratte-ciel d’ici 2020, Monsieur le maire, quelles seront donc les 3 écoles que vous avez promis aux Villeurbannais de construire pendant ce mandat?

  1. Goujon a construit, lui, 4 groupes scolaires  pendant ses 10 ans de mandat, alors que la population avait augmenté de plus de 20 000 habitants, comme elle l’a connu ces dernières années. Mais là encore, c’est sans doute « autre temps, autres moeurs… «

 Pour la crèche, 18 berceaux sur 42 répondront aux besoins de la nouvelle population, et les 24 autres sont pour la population actuelle. Cela veut dire que l’offre de crèche ne s’accroitra pas au centre ville avant 2020, malgré les besoins d’aujourd’hui!

 Au vu du calendrier toujours, c’est aussi le futur cinéma le Zola qui est repoussé à après 2020. Notre seul cinéma villeurbannais, auxquels le public est attaché et qui fait un travail remarquable avec les écoles, les collèges, le lycée…, mais sa  la fréquentation est fragilisée, tant la concurrence des multiplexes est réelle. Alors, peut-il attendre encore 6 à 10 ans avant d’être doté de 3 salles et de prévoir un vrai projet de développement dans la ville?

Dans ce temps long du projet, il y aurait pu avoir le temps d’ouvrir le débat de la future ligne de transport en commun, la ligne A7, inscrite au PDU de 1997, et qui doit relier Lyon 7ème , Grandclément, Gratte-ciel et la Doua. Rien n’étant décidé à ce jour, il ne nous parait pas envisageable sr le plan financier, ni souhaitable sur le plan de la desserte que la ligne emprunte l’avenue barbusse : mieux vaut faire passer la future ligne plus à l’est (sur un axe Verlaine/Vaillant ou Rollet/bienvenus, voire à Flachet). Pour cela, nous vous suggérons d’ouvrir un grand débat citoyen sur le tracé de cette ligne et les diverses hypothèses. Une suggestion à faire aussi au Sytral dont vous êtes désormais membre, Ce serait une véritable occasion de faire…la Métropole autrement!

 Quelques mots sur les espaces publics: l’avenue Barbusse prolongée sera piétonne et c’est un choix que nous approuvons. Dans la cohérence de ce choix, nous réitérons l’enjeu de la piétonisation de l’avenue Barbusse actuelle. La piétonisation temporaire, le samedi, puis l’été, a fait son temps. il faut prendre des décisions pérennes pour réaménager l’avenue et en faire un espace public de qualité, lisible et pratique par tous, toute l’année.

 La place publique dans la ZAC doit aussi être de grande qualité, et nous redisons qu’en l’état du plan de composition, la future place est sous-dimensionnée : ce n’est qu’une rue un peu large, pas une place et c’est dommage! dans un projet urbain, il faut réussir les vides, et pas seulement les pleins, avec le bati et l’architecture! La force du quartier actuel des Gratte-ciel, c’est aussi la place L. Goujon, la plus belle place de Villeurbanne, très réussie, très vivante, appropriée par tous les âges, pour de nombreux usages… Sur la future place qui sera au coeur du nouveau quartier, faisons différent, mais faisons aussi bien!

N’oublions pas les actuels habitants pour lesquels un accompagnement au relogement est en place. Pour la plupart d’entre eux, le déménagement est difficile à vivre. La bienveillance doit être importante pour chacun d’eux.

 Votre projet Gratte-ciel centre ville sera-t-il aussi innovant que l’ont été les Gciel en 1934? Sera -t-il une utopie réalisée du 21ème siècle mêlant les enjeux d’aujourd’hui, sociaux, environnementaux, économiques, citoyens ? Sur la dimension environnementale par exemple, les  immeubles seront surement basse consommation, voire à énergie positive, avec des écomatériaux espérons-le, les toitures seront végétalisées, mais le projet ne concrétise pas plusieurs idées nouvelles pourtant évoquées pendant la concertation, par exemple sur le commerce (commerce et circuits courts, livraison des clients, approvisionnement des commerces, pour éviter les camions), par exemple, la mutualisation des parkings entre logements, commerces, bureaux, pour en construire moins que les normes actuelles, et dissuader la possession de véhicules individuels au profit de l’autopartage et de la mobilité en modes doux et TC, comme cela sera fait, de façon très innovante dans la phase 2 du projet  Confluence, dans le cadre des Ecocités? Sur l’habitat coopératif, la ZAC pourrait aussi être l’occasion de développer des projets innovants, à partir de l’expérience du Village vertical de la  ZAC des Maisons Neuves…Et plusieurs groupes d’habitants sont partants sur des projets de ce type.

 Pour conclure, ce projet est majeur pour la ville, pour ses habitants d’aujourd’hui et demain, et pour le mandat qui démarre; c’est pourquoi nous avons voulu faire part de nos réflexions et de nos propositions constructives, dans l’intérêt des Villeurbannais.

Nous voterons le programme des équipements publics que vous nous proposez.

 Merci de votre attention

Béatrice Vessiller

 

 

Share This: