jY9Lr0xd_400x400

Congrès de l’ANACEJ – Plus d’ambition pour la participation de la jeunesse à Villeurbanne!

Le prochain congrès de l’ANACEJ nous donne l’occasion de se pencher sur sa déclinaison locale : le conseil des jeunes villeurbannais.

L’ANACEJ avance des objectifs tout à fait intéressants « promouvoir la participation des enfants et des jeunes à la décision publique et leur concertation au niveau local avec les élus », mais l’instance locale interroge à trois niveaux. Le mode de désignation des membres tout d’abord, les actions en tant que telles du CVJ et les modalités de rayonnement par ailleurs.

- Si l’on en croit le site villeurbannais des jeunes, les membres du CVJ sont désignés par leur chef d’établissement de rattachement ou se portent candidat spontanément. Il est regrettable que cette désignation ne s’inscrive pas dans une démarche d’éducation à la citoyenneté avec l’organisation d’une élection ? Au-delà du mode de désignation qui questionne, c’est bien la représentativité dans ce que certains appellent « les jeunes » que nous interrogeons ici. Oui « la jeunesse n’est qu’un mot »[1], mais ouvrons la ville à toutes les formes de jeunesse et donnons la possibilité à chacune d’entre elles de participer à la vie de la cité, même celles qui sont les plus éloignées de la citoyenneté.

Nous proposons d’organiser un vrai temps démocratique dans chaque établissement du second degré afin que d’une part tous les élèves puissent bénéficier d’un acte d’éducation à la citoyenneté et par ailleurs se présenter à cette élection de manière équitable. Cette journée d’élection, en collaboration avec l’éducation nationale et en lien avec les conseils d’éducation à la santé et la citoyenneté (CESC) qui existe dans les établissements villeurbannais, pourrait être l’occasion pour les jeunes d’être sensibilisés à la citoyenneté aussi par d’autres formes que l’acte de vote (expo, ateliers, rencontre avec des élus…), que certains voudraient voir comme la quintessence de la démocratie : la démocratie de délégation (on vote une fois de temps en temps) n’est pas une démocratie vivante, ceci vaut d’autant plus pour les jeunes.

- Par ailleurs, nous avons été heureux d’apprendre que certaines visites étaient organisées pour le CVJ. Des jeunes ont pu par exemple se rendre au Parlement Européen à Strasbourg en mars 2014. C’est bien mais si l’on en croit les ambitions de l’ANACEJ et également celles de la mairie de Villeurbanne (trouvées sur le site), les jeunes prendraient part à la construction des projets municipaux. Ils « réfléchiraient actuellement sur la concrétisation de projets soutenus par les services de la ville » ?

A Villeurbanne, il avait été question que les jeunes soient associés à l’élaboration de projet en participant notamment aux comités locaux du projet « grandir à Villeurbanne ». Cela n’a pas vu le jour et nous pensons que, la place de la jeunesse dans le processus décisionnel est à reconsidérer. Par exemple, des moyens pourraient être mis en place pour que, sur certains projets, les jeunes participent effectivement à la décision publique.

- Enfin, si une quarantaine de jeunes officiellement (mais une quinzaine dans les faits car le recrutement est rude et peu pérenne) ont la chance de participer au CVJ, qu’en est il des autres ? Qu’a t’il été mis en place pour favoriser les retours d’expériences et mutualiser les savoirs et les pratiques de ces citoyens en devenir ?

Finalement, en dehors du service jeunesse et de quelques élus, combien de Villeurbannais, et notamment de jeunes Villeurbannais connaissent l’existence du CVJ ?

Nous souhaitons que la ville avec les jeunes mûrissent des outils qui permettent les échanges entre les membres du CVJ et les autres jeunes villeurbannais : des ateliers sur le temps périscolaire, l’organisation par le CVJ de supports retour (exposition photo, vidéo…).

Alors réjouissons-nous que Villeurbanne accueille le congrès de l’ANACEJ prochainement mais qu’on fasse de cet événement un acte fondateur pour repenser dans notre ville les moyens de faire vivre une réelle démocratie avec la jeunesse !

 Olivier Gluck

Share This: