082-charivari-le-sicilien-moliere

Démocratiser la culture et ses pratiques, soutenir ceux qui la font vivre !

Monsieur le Maire, chers collègues,

La délibération sur le Pacte culturel entre l’Etat et la Ville ainsi que celle sur la Convention pour l’éducation artistique et culturelle nous donnent l’occasion de nous exprimer sur la politique culturelle de la Ville.

Commençons par dire très clairement que nous approuvons globalement cette politique. Les moyens alloués par la Ville à la culture sont importants. L’offre culturelle à Villeurbanne est à la fois importante et diversifiée dans les domaines du théâtre, de la musique, des arts plastiques, des arts de la rue, de la lecture publique et du cinéma pour ne citer que les principaux. Les acteurs culturels sont nombreux et s’adressent à des publics variés. Par ailleurs, Villeurbanne a la chance d’accueillir sur son territoire plusieurs structures culturelles bénéficiant d’un label national.

Nous nous félicitons de l’engagement financier de l’Etat et de la ville pour une durée de 3 ans soit de 2016 à 2018, d’autant que l’engagement de l’état revient à son niveau antérieur après avoir subi une baisse.
Cela n’est pas rien dans le contexte budgétaire actuel à condition que ces engagements soient tenus lors du vote des budgets annuels.
Cela devrait permettre aux structures culturelles concernées par le Pacte de définir leurs actions sereinement pour les trois prochaines années.

Nous approuvons le principe de l’excellence pour tous qui consiste à démocratiser encore davantage la culture. Il est très important de le faire auprès des jeunes. L’éducation artistique et culturelle est un levier considérable pour le développement durable de la culture. La convention proposée aujourd’hui va dans ce sens. Toutes les actions qui sont en direction des habitants dans l’espace public y contribuent également.

Tous ces points positifs ne nous empêchent pas d’avoir un regard critique sur certains points et de vous faire quelques propositions.

Nous évoquions au conseil municipal de novembre les inégalités Femme/Homme dans le domaine de la culture. Sauf erreur de notre part, il nous semble que toutes les structures culturelles importantes de la Ville sont dirigées par des hommes à l’exception du théâtre ASTREE et du CCO, ceci est regrettable et nous espérons des évolutions dans le bon sens pour une meilleure représentation des femmes à la Direction de ces structures.

Les structures prestigieuses comme le TNP ou l’ENM captent une part très importantes des subventions. Nous ne contestons pas l’intérêt et le montant de ses subventions mais la métropole pourrait participer au financement du TNP et prendre une part plus importante à celui de l’ENM, puisque ces structures ont un rayonnement et un public métropolitains.
Par ailleurs, le rôle premier de ces structures « élitistes » n’est pas de s’adresser aux publics exclus de la culture. On demande au TNP et à l’ENM de faire des actions dans ce sens mais sont-ils les mieux placés pour le faire ? Par exemple pourrait-on développer davantage Orchestre à l’école pour impliquer plus de classes sans forcément avoir recours aux professeurs de l’ENM.
On pourrait aussi envisager de recruter et former des artistes animateurs dont le rôle serait de s’adresser aux publics exclus, et de former une partie des animateurs du périscolaire en ce sens.

Les perspectives sont intéressantes pour le cinéma le Zola. Son relogement dans la ZAC Gratte-ciel centre-ville et la création de plusieurs salles devrait lui permettre d’augmenter ses diffusions et son nombre de spectateurs.
Même si ce n’est pas pour demain, nous nous demandons s’il est prévu d’augmenter ses subventions en conséquence.

Le festival Charivari est une très bonne chose pour promouvoir la culture villeurbannaise mais les structures impliquées doivent le faire sans subvention supplémentaire. Quel est le bilan de la première édition ?

Le théâtre de l’IRIS, racheté par la ville en 2013, nécessiterait des investissements importants pour rénover et mettre aux normes les locaux.

Concernant la nouvelle salle de la MJC, nous nous demandons quel est le projet culturel associé. La MJC a t-elle reçu de nouvelles subventions pour l’accompagner ?

Pour conclure, nous pensons que l’action culturelle de la Ville devrait faire une plus grande place à l’émancipation de toutes et tous à travers l’éducation populaire par exemple. L’intégration du CCO dans le pacte culturel avec l’état va dans ce sens.
Il s’agit également de développer les actions dans lesquelles les citoyens sont actifs plutôt que « consommateurs ». D’ailleurs, pourquoi ne pas imaginer que les habitants puissent s’emparer d’une partie de la programmation de quelques équipements culturels de la Ville ? Le domaine culturel se prête à inventer de nouvelles formes de participation citoyenne.

Je vous remercie pour votre attention.

Olivier Glück

Share This: