1003651-cantine

Le droit de grève est un des fondements de notre république

Monsieur le Maire, chers collègues, 

Nous comprenons tout à fait la volonté de la ville de vouloir anticiper les mouvements de grève qui impactent la restauration scolaire et le temps périscolaire méridien. Bien sûr, en tant que parents d’élèves, nous souhaitons être informés à l’avance des conditions d’accueil de nos enfants en cas de grève. Et même, nous préférerions qu’il n’y ait pas de grève ! Bien sûr en tant qu’usager, nous préférons qu’en cas de grève, les avions volent, les trains et métros circulent, les bus roulent… D’ailleurs, depuis 2002, la droite parlementaire a déposé pas moins de dix propositions de loi à l’Assemblée pour réclamer l’instauration d’un service minimum dans les transports publics en cas de grève… Le service minimum d’accueil à l’école a été mis en place en 2007 sous la présidence de Sarkozy. Mais le jour où les grèves n’auront plus d’impact sur les usagers et le système économique, ce jour là, les grèves n’auront tout simplement plus lieu d’être.

Vous proposez un système qui consiste à interroger les agents deux jours ouvrés avant le mouvement de grève, en précisant bien que la communication des agents de leur intention de faire grève ou non relève d’une démarche individuelle volontaire puisque la loi ne les y oblige pas… Aujourd’hui, le recensement se fait par téléphone ou à travers un formulaire individuel nominatif. Cette manière de faire le recensement est-elle compatible avec l’affichage d’une démarche individuelle volontaire de se signaler en grève ? Le recensement devrait être anonyme et sans influence sur les agents. Enfin, lors du passage de cette délibération en CTP, les organisations syndicales ont quitté la salle alors même que vous avez indiqué avoir travaillé de concert avec elles… 

Pour toutes ces raisons, nous nous abstiendrons sur cette délibération.

Olivier Glück

Share This: