enfants_sans_toit-3370951

Lettre à Mr le Préfet du Rhône – Objet : Enfants sans Toit à Villeurbanne

Monsieur le Préfet,

A Villeurbanne, nous comptons plusieurs dizaines d’enfants scolarisés dans les écoles Ernest-Renan, Jean Zay, Lakanal, Nigritelle Noire mais aussi le collège Môrice Leroux. Cette liste est loin d’être exhaustive. Des parents d’autres écoles font remonter de nouveaux cas régulièrement.

Des parents et enseignants de ces écoles sont mobilisés, la coordination des parents d’élèves de Villeurbanne également. Bien souvent, ces collectifs font appel à la générosité pour payer des nuits d’hôtel aux familles concernées… Les sommes dépensées peuvent atteindre plusieurs milliers d’euros par école… Quand la générosité financière ne suffit plus, il arrive que des locaux soient occupés par les collectifs pour abriter les enfants sans toit et leur famille.

Dans un article récent du quotidien Libération daté du dimanche 26 novembre, un enseignant s’exprimait ainsi au sujet des enfants sans toit de Lyon : « Quand un enfant arrive le matin trempé, qu’il n’a visiblement pas mangé, qu’il ne veut pas sortir en recréation et demande à se reposer, qu’il a parfois de la fièvre et n’a pas été́ soigné, l’important, ce n’est pas d’apprendre… Humainement, ce n’est pas possible de faire classe comme si de rien n’était. Et le soir, au moment de mettre le manteau, on ne lui dit pas « fais bien tes devoirs » quand on sait qu’il dort dehors. »

Cette situation est d’autant plus intolérable que la loi stipule qu’un hébergement d’urgence doit être proposé à ces familles. Il s’agit bien d’une compétence de l’Etat.

C’est pourquoi nous vous demandons, Monsieur le Préfet, de mettre en œuvre tous les dispositifs nécessaires pour répondre à l’urgence sociale et humanitaire dans laquelle se trouve ces familles. Nous avons bien noté que vous avez commencé à prendre des mesures avec l’activation du plan Grand froid, en particulier avec l’ouverture de plusieurs gymnases dans l’agglomération.

Cependant, nous souhaitons que le déploiement des moyens humains et financiers se poursuive, pour ouvrir autant de places que de besoin, et pour rechercher des solutions d’hébergement pour les familles mais aussi un accompagnement social. Pourquoi ne pas réquisitionner les logements vides dans les bâtiments publics ? Les solutions sont à élaborer avec d’autres partenaires, notamment les communes et nous savons que la ville de Villeurbanne est mobilisée sur cette question. Elle a œuvré auprès de l’évêché pour l’hébergement de plusieurs familles dans une église dans le quartier Flachet. Mais cela ne permet pas de gérer toutes les situations : d’autres familles sont toujours sans toit. C’est nécessairement une action sous votre impulsion qu’il faut engager pour trouver des solutions en partenariat.

Comptant sur votre engagement républicain pour le respect et la dignité des familles, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Préfet, l’expression de notre entière solidarité avec les mesures que vous pourrez prendre pour aider les enfants et familles sans toit.

Pour les élus municipaux du groupe

Rassemblement citoyen EELV-FdG, Villeurbanne

Olivier Glück

Copie au Maire de Villeurbanne

Share This: