ZFE

Oui à la Zone à Faibles Emissions (ZFE) mais plus rapidement !

Nous devons donner notre avis sur la zone à faibles émissions que la Métropole souhaite mettre en place. La pollution de l’air est un véritable enjeu de santé publique et il y a une urgence à agir enfin, avec des mesures pour réduire drastiquement les émissions de NOx et particules fines qui sortent des gaz d’échappement des véhicules. Rappelons les 46000 décès anticipés par an en France (500 000 en Europe), l’aggravation des maladies respiratoires ou cardiovasculaires pour nos concitoyens les plus fragiles, les jeunes enfants ou les personnes âgées souffrant de maladies respiratoires. Rappelons aussi que l’Europe a renvoyé la France en justice  car depuis plus de 10 ans, elle ne se conforme pas aux normes européennes de qualité de l’air dans 12 agglomérations, dont Lyon. Dans notre métropole, ce sont actuellement 48 000 habitants qui sont exposés à des niveaux de pollutions supérieurs aux normes fixées par l’Europe. Et la majeure partie des habitants qui respirent un air pollué, sont à Lyon et Villeurbanne, mais aussi Bron et Vénissieux, et ce sont nos concitoyens qui habitent à proximité des grands axes, dont le bd L.Bonnevay à Villeurbanne, qui sont les plus touchés. Et enfin rappelons que 83% des habitants du Grand Lyon sont inquiets de la qualité de l’air qu’ils respirent ! 

Alors, bien évidemment notre groupe est favorable à la mise en place de la ZFE qui va éradiquer les véhicules professionnels les plus polluants (pas ceux des particuliers). Ces véhicules représentent 25% des km parcourus mais 52% des oxydes d’azote émis. Il est donc intéressant de s’atteler à ces véhicules en priorité : ainsi, les véhicules utilitaires et les poids lourds les plus anciens (qu’on appelle « non classés ») et ceux avec des vignettes CRIT’AIR n°5, 4 et 3 ne pourront plus circuler dans la zone située à l’intérieur du bd Bonnevay. En Europe, ce sont plusieurs centaines de villes et agglomérations qui ont déjà mis en place des Zones à trafic limité. En France, après Strasbourg et Grenoble, Lyon sera la 3ème agglomération à mettre en place un tel dispositif de restriction. Strasbourg a démarré en septembre 2018 et Grenoble en 2017 et aura une nouvelle étape importante en 2019. A Lyon, ce ne sera qu’en 2020 pour 3 catégories de véhicules ( non classés , Critair 5 et 4), puis 2021 pour les véhicules en Crit’air 3 ! Nous regrettons ce délai de 2021 si lointain pour cette classe de véhicules, alors que le Plan Oxygène a été approuvé en 2016 ! la Métropole a perdu du temps en  2016-2017 (mais c’est vrai que son président s’occupait surtout de présidentielle et pas trop de pollution de l’air  sur cette période). Donc il nous faudra encore attendre plus de 2 ans (janvier 2021) pour que soient interdits les 30 000 véhicules utilitaires et 7300 poids lourds les plus polluants (qui représentent 50 % du parc de ces types de véhicules) 

Nous comptons sur la mobilisation citoyenne et l’enquête publique à venir pour avancer les délais de mise en oeuvre au 1er juillet 2019 (au lieu du double délai 2020 et 2021).

Avec la ZFE, il est à noter que la qualité de l’air s’améliorera dans la zone elle-même mais aussi aux abords, à St Jean, à Bonnevay et aux Brosses, pour Villeurbanne par exemple, car l’amélioration du parc de véhicules profitera à toute la métropole. Et, répétons-le, moins de véhicules polluants circuleront dans et HORS de la Métropole : ce sont l’ensemble de nos concitoyens qui en tireront des effets bénéfiques ! De plus, la réduction de vitesse à 70 km/h dès janvier 2019, que nous demandions depuis  plusieurs années, participera à la réduction de la pollution, nous en sommes satisfaits, mais il faudra faire respecter cette limitation, et sur une voie qui continuera à ressembler à une autoroute, cela sera sans doute difficile. Mais il faut prendre cette mesure et faire beaucoup de pédagogie auprès des automobilistes, en expliquant qu’est en jeu la santé des riverains.

Pour la ZFE, outre le délai trop tardif, nous regrettons qu’après 2021, si toutes les projections s’avèrent réalisées, 7300 habitants respireront encore un air pollué (au lieu des 46 000 aujourd’hui), et là encore à proximité du bd Bonnevay. Nous souhaitons que la Métropole soit plus volontariste : à  Grenoble, la zone à circulation restreinte permettra que plus personne ne soit en zone polluée. Pour cela, elle va interdire la circulation aux véhicules avec vignettes de Crit’air 2 et au diesel en 2025 ! Cela pourrait nous inspirer. Notons toutefois qu’à Lyon, l’interdiction sera 24h/24 et qu’à Grenoble, ce sera en semaine et en journée seulement

Concernant l’avis de la ville de Villeurbanne que vous nous proposez, nous souscrivons à plusieurs réserves que vous exprimez, notamment sur la nécessité de moyens d’accompagnement, avec une aide à prévoir pour aider au remplacement de véhicule les artisans, les commerçants indépendants, les entreprises de l’économie circulaire, l’insertion, et ce dès 2019 pour encourager des comportements vertueux avant l’obligation !

En revanche, nous ne sommes pas persuadés que la Métropole doive aider les communes à changer leur flotte publique : c’est au gouvernement à faire cet effort-là ! Concernant les 43 véhicules de la ville de Villeurbanne qui seront interdits d’ici 2021, nous demandons qu’ils soient remplacés dès 2019 car les collectivités doivent être exemplaires.

Et peut-être n’est il pas nécessaire d’en racheter 43, ou pas tous avec des moteurs thermiques : il existe sur notre territoire villeurbannais, au Bel’Air Camp pour ne pas le nommer,  des constructeurs de véhicules professionnels, des tricycles de livraisons à assistance électrique, qui pourraient certainement faire l’affaire…

Pour conclure, comme vous, nous regrettons qu’il n’y ait pas eu un grand débat avec la population sur ce dispositif. Certes, il y a eu des réunions de travail entre la Métropole et les fédérations professionnelles du transport et des artisans, il y a eu un conseil du développement durable au printemps sur le sujet à Villeurbanne, mais peu de nos concitoyens étaient présents, et c’est dommage… Tout cela ne suffit pas bien sur. 

Alors la ZFE est une avancée réelle et certaine, c‘est un petit pas et demie, mais dommage de faire encore  2 ans de sur place! 

Et enfin, n’oublions pas que les normes de qualité de l’air fixées par l’Europe sont deux fois moins exigeantes que celles recommandées par l’Organisation mondiale de la santé concernant les particules et que si on veut faire plus pour la santé publique – et c’est nécessaire- il faut réduire encore plus fortement la pollution, en amplifiant le développement des alternatives à la voiture individuelle (TC, vélo, marche, co-voiturage…), en renonçant au projet d’Anneau des Sciences qui va aggraver  la pollution et en communiquant sans cesse sur les bienfaits des modes actifs sur la santé, au contraire des déplacements en voiture.

Avec toutes ces réserves, nous voterons favorablement pour la ZFE.

Béatrice Vessiller

Share This: