villeurbanne-quel-serrurier-choisir-selon-vos-besoins

Développement durable à Villeurbanne : on avance mais encore des défis devant nous !

Monsieur le Maire, chers collègues,

Notre intervention portera sur les deux délibérations relatives au développement durable sur notre commune : le rapport annuel du développement durable et le PCAET.

Nous souhaitons remercier tout d’abord l’ensemble des services, de la commune et de la Métropole qui nous permettent d’avoir un panorama exhaustif des projets dans ce domaine.

Et chaque année, à la lecture du rapport développement durable, nous ne pouvons que constater que le sujet avance dans le bon sens. La désimperméabilisation des sols, la lutte contre les îlots de chaleur, la qualité des constructions nouvelles des bâtiments municipaux sont autant d’actions positives de la Ville dans le domaine de l’environnement et des transitions nécessaires. 

A Villeurbanne, la baisse des consommations énergétiques est également encourageante et les politiques en ce sens doivent être poursuivies. Sur la végétalisation des espaces publics et les enjeux de mobilité, les défis sont encore devant nous. Il faut renforcer partout la place du végétal en ville pour lutter dès aujourd’hui contre la hausse des températures et rendre notre ville vivable en été, et les canicules de l’été dernier en confirment la nécessité. La politique de mobilité durable et de lutte contre la pollution relève de la Métropole et doit permettre vraiment à nos concitoyens de réduire leur dépendance à la voiture. Pour cela, la métropole doit avoir des projets ambitieux en faveur des modes non polluants, mais aussi renoncer à des projets inutiles, coûteux et climaticides comme l’Anneau des Sciences. Ce projet n’est pas abordé dans le Plan Climat du Grand Lyon, et nous le regrettons. Car, par ailleurs, ce Plan propose aussi un plan d’actions volontaristes sur de nombreux sujets. Attention cependant à ne pas repousser les efforts sur certains sujets à après 2026, alors que l’urgence doit nous obliger à agir sans tarder

Pour Villeurbanne, nous souhaitons aussi qu’à l’avenir, s’il y a de nouveaux  besoins de démoustication, des solutions moins agressives que celles utilisées cet automne soient trouvées. Pour éviter cela, la politique de préservation, voire de reconquête de la biodiversité, est indispensable, car les  moustiques prolifèreront d’autant moins que les oiseaux réapparaitront.

Nous prenons acte du rapport sur le développement durable et votons en faveur de la signature du PCAET du Grand Lyon. 

Béatrice Vessiller

Share This: